Jean-Sébastien DUCHENE Blog's

Actualité, Tips, Articles sur l'ensemble des Technologies Microsoft (SCCM/SMS, EMS, Microsoft Intune, Microsoft Azure, Windows 10, SCOM, MDOP...)
    • 31/5/2019

    [Intune] Mise à jour du workflow d’authentification des périphériques iOS d’entreprise avec Setup Assistant

    J’en avais déjà parlé mais je profite d’un email provenant d’un client pour le rappel. En février, Microsoft a mis à jour la procédure d’enregistrement des périphériques iOS dans Microsoft Intune via Apple Configurator, Apple Business Manager, Apple School Manager ou Apple Device Enrollment Program (DEP) en utilisant Setup Assistant pour l’authentification. Ce changement requiert à une adaptation de votre configuration notamment pour les périphériques enregistrés avec affinité utilisateur.

    Lors de d’enregistrement de nouveaux périphériques et de l'authentification à l'aide de l'assistant de configuration (Setup Assistant), vous pouvez choisir de déployer ou non l'application Portail d'entreprise automatiquement. Les utilisateurs finaux ne verront plus l'écran "Identifier votre appareil" et l'écran "Confirmer votre appareil" dans le flux d’enregistrement.

    Sur les périphériques déjà enregistrés via l'Assistant de configuration (Setup Assistant) via l'une des méthodes d'enregistrement des périphériques d'entreprise d'Apple si vous souhaitez activer l'accès conditionnel, vous devrez configurer une stratégie de configuration d'application avec un xml spécifique pour pousser le Portail d'entreprise uniquement pour cet ensemble de périphériques.

    Maintenant que ce changement a été mis en œuvre, si vous n'avez pas déployé le Portail d'entreprise avec le profil de configuration d'application mentionné ci-dessus et si les utilisateurs finaux téléchargent l'application du Portail d'entreprise depuis l'App Store, ils pourront se connecter, mais un message d'erreur leur sera envoyé. Ils ne pourront pas utiliser l'application pour l'accès conditionnel.

    Pour ce faire, vous devez télécharger l’application portail d’entreprise via le programme Apple VPP.
    Vous devez ensuite créer une stratégie de configuration d’application en naviguant dans : Client Apps – App Configuration Policies. Sélectionnez l’application puis associez la configuration xml suivante :

    <dict>

        <key>IntuneCompanyPortalEnrollmentAfterUDA</key>

        <dict>

            <key>IntuneDeviceId</key>

            <string>{{deviceid}}</string>

            <key>UserId</key>

            <string>{{userid}}</string>

        </dict>

    </dict>

    Vous devez ensuite déployer cette stratégie de configuration sur les périphériques.

     

    Plus d’informations : https://aka.ms/enrollment_setup_assistant

    • 30/5/2019

    [Intune] Problème sur les stratégies Windows Defender Application Guard

    Microsoft a communiqué qu’un bug a été identifié sur les paramétrages de stratégies Windows Defender Application Guard sur Microsoft Intune. Le problème survient si vous ne configurez pas ceci à travers les stratégies de groupe, graph ou les scripts. Dans ce cas, le paramétrage n’est pas activé comme prévu.

    Les clients utilisant ces stratégies Application Guard ont été prévenus. Microsoft est en train de corriger le problème, les stratégies seront appliquées comme attendu dans les semaines à venir.

    • 30/5/2019

    System Center 2019 en disponibilité Générale

    Microsoft a mis à disposition System Center 2019 sur les différents canaux (MVLS, MSDN, etc.). Microsoft avait déjà mis à disposition les versions d'évaluation. C’est la fin des versions Semi-Annual Channel (SAC). Il n’y aura eu que la version 1801 et 1807. Un chemin de migration est disponible de la version 2016, 1801, 1807 vers 2019.

    Voici les nouveautés :

    Data Protection Manager

    • Support de Windows Server 2019 pour installer le serveur DPM
    • Support de SQL Server 2017 pour installer la base DPM.
    • Support de nouvelles charges protégées :
      • VMs Hyper-V 2019
      • Windows Server 2019
      • Exchange 2019
      • SharePoint 2019
      • VMWare vSphere 6.7
      • System Center Virtual Machine Manager 2019
    • Les sauvegardes sont plus rapides avec le stockage hiérarchisés (Tiered Storage) en utilisant des SSD. On retrouve une amélioration de 50 à 70% de la rapidité des sauvegardes.
    • Support de la supervision centrale pour toutes infrastructures Data Protection Manager qui sont connectées à Azure. La console vous permet à la fois de suivre les sauvegardes réalisées par le Cloud et celles On-Premises.
    • Pour une conservation à long terme des données de sauvegarde VMware, vous pouvez désormais activer les sauvegardes VMware sur bande. La fréquence de sauvegarde peut être sélectionnée en fonction de la plage de rétention (qui varie de 1 à 99 ans) sur les lecteurs de bandes. Les données sur les lecteurs de bande pourraient être comprimées et chiffrées.
    • DPM 2019 prend en charge la récupération de l'emplacement d'origine (OLR) et la récupération de l'emplacement alternatif (ALR) pour restaurer la VM protégée.
    • Toutes les sauvegardes de machines virtuelles VMWare au sein d'un même groupe de protection sont parallèles, ce qui permet des sauvegardes de VM 25% plus rapides.
    • Avec les versions antérieures de DPM, les sauvegardes parallèles n'étaient effectuées qu'entre les groupes de protection. Avec DPM 2019, les travaux de réplication incrémentiels VMWare s'exécutent en parallèle. Par défaut, le nombre de travaux à exécuter en parallèle est fixé à 8.

     

    Operations Manager

    • Support du mode Service Logon avec le durcissement des comptes de service afin de ne pas demander les droits d’Interactive et Remote Interactive Log on.
    • Amélioration des performances dans la console où généralement la console cessait de répondre lorsqu'un nouveau Management Pack est importé ou supprimé, ou lorsqu'un changement de configuration vers un MP est enregistré.
    • Il est maintenant possible d’insérer une clé produit directement depuis la console d’Operations et plus uniquement avec la cmdlet PowerShell.
    • Amélioration de la console Web afin d’être complètement compatible en HTML5 et fournir :
      • Une interface utilisateur moderne
      • La création simplifiée de widgets et de tableaux de bord
      • L’accessibilité à partir de plusieurs navigateurs dont Internet Explorer 11, Microsoft Edge 40 et plus et Google Chrome 67 et plus
      • L’amélioration de l'expérience de dépannage avec les pages de recherche de pannes
      • L’extensibilité avec un widget personnalisé utilisant une nouvelle API REST
      • La possibilité d'exporter et de partager des tableaux de bord
      • Une nouvelle option All pour sélectionner tous les objets lors de la création/modification du widget Alertes.
    • Amélioration de l’expériences des alertes relatives aux moniteurs :
      • L'expérience de fermeture des alertes pour les alertes générées par un moniteur a été remaniée afin d'être plus significative et d'avoir plus d'impact sur les objectifs de disponibilité de service.
      • Lorsque vous visualisez le détail d'une alerte dans la vue des alertes, vous pouvez voir si l'alerte a été générée par une règle ou un moniteur. Si l'alerte a été générée par un moniteur, vous devez autoriser le moniteur à résoudre automatiquement l'alerte lorsque l'état de santé revient à sain.
      • Dans les versions antérieures de SCOM, si vous aviez fermé l'alerte alors que l'objet est dans un état d'alerte, critique ou malsain, le problème reste non résolu et aucune autre alerte n'est générée à moins que l'état de santé du moniteur ait également été réinitialisé, ce qui est également une tâche manuelle. Ce comportement, qui a souvent conduit à la fermeture d'alertes critiques sans résoudre le problème sous-jacent, est résolu avec Operations Manager 2019. Une alerte générée par un moniteur ne peut être fermée que si l'état de santé du moniteur correspondant est sain.
    • Amélioration des notifications et abonnements pour permettre les notifications par email qui embarque du format HTML et l’utilisation d’expressions régulières pour construire des critères d’abonnements complexes.
    • Support de la bascule des Management Server pour la supervision de Linux/UNIX
    • Le mode de maintenance est maintenant déclenché en fonction d'un événement, au lieu d'être basé sur le registre comme dans les versions précédentes. Comme les événements sont presque en temps réel, un Management Server lit immédiatement l'événement du mode maintenance depuis l'ordinateur de l'agent et ne manquera jamais de traiter la demande de maintenance.
    • Operations Manager 2019 s’assure que le mode maintenance planifiée fonctionne comme prévu avec SQL Server AlwaysOn.
    • Les consoles Service Manager et SCOM peuvent être installées sur la même machine tout comme les modules PowerShell.
    • Support de Windows Server 2019
    • Supprort de SQL Server 2017 pour l’installation de la base de données
    • Amélioration de la supervision des URLs pour les erreurs de certificats serveurs.
    • Support de la supervision côté client via les navigateurs : Microsoft Edge 42+ et Google Chrome 68+.
    • Côté Linux/UNIX :
      • Support des nouvelles plateformes Linux suivantes : SUSE Linux Enterprise Server 15, openSUSE Leap 15, Ubuntu 18, Debian 9, SUSE 12 PPC.
      • Support d’OpenSSL 1.1.0 pour supporter TLS 1.2
      • La page Updates and Recommandation a été étendu pour Linux et vous proposer des Management Packs.
      • Pour empêcher les journaux SCX de croître et de consommer tout l'espace libre disponible sur le disque système, une fonction de rotation des journaux est maintenant disponible pour l'agent SCX.
      • Changements autour de l’installation de l’agent Linux avec un bundle qui se compose maintenant de scx et omi uniquement. Si vous souhaitez utiliser la fonction de surveillance des journaux, vous devez installer le Management Pack Linux Log Monitoring.
      • Les agents UNIX et Linux ont été améliorés pour détecter dynamiquement le pseudo système de fichiers et ignorer l'énumération.
      • Vous pouvez maintenant utiliser un agent Linux avec le support de FluentD pour la surveillance des fichiers journaux.
      • Support de l'authentification Kerberos partout où le protocole WS-Management est utilisé par le Management Server pour communiquer avec les ordinateurs UNIX et Linux, offrant une plus grande sécurité en ne nécessitant plus d'activer l'authentification de base pour la gestion à distance Windows (WinRM).
    • Côté Application Performance Monitoring (APM)
      • Support des serveurs d’applications suivants :
        • Apache Tomcat 7, Apache Tomcat 8, Apache Tomcat 9
        • Red Hat JBoss 4, JBoss 5, JBoss 6, JBoss 7, Wildfly Application Server 8/9/10/11/12/13/14, Red Hat JBoss EAP 6, Red Hat JBoss EAP 7
        • IBM WebSphere 7.0, WebSphere 8.0, WebSphere 8.5, WebSphere 9.0
        • Oracle WebLogic 10gR3, Oracle WebLogic 11, WebLogic 12cR1, WebLogic 12cR2
      • Support de la supervision des sites web créés avec SharePoint 2016
      • Vous pouvez désactiver le composant APM lors du déploiement de l’agent.

     

    Service Manager

    • Support de SQL Server 2017 pour la base de données
    • Amélioration du connecteur Active Directory pour synchroniser à partir d’un contrôleur de domaine spécifique spécifié dans la requête LDAP.
    • La console est plus rapide et fonctionnelle via l’adressage de problèmes de fuite mémoire.
    • Support du mode Service Logon pour les comptes Service Manager ne demandant pas la permission Allow log on locally.
    • Intégration de tous les correctifs apportés dans l’Update Rollup 5 de System Center 2016 Service Manager.
    • Amélioration de l’expérience d’évaluation de Service Manager.

    Orchestrator

    • Support de PowerShell 4.0+ permettant d’exécuter des scripts en 64-bits et d’avoir accès à de nombreuses fonctions qui n’étaient pas possibles avec PowerShell 2.0
    • Support de SQL Server 2017 pour la base de données
    • L’intégration Service Manager/SCOM est mieux réalisée et ne comporte que des dépendances sur les consoles respectives
    • Il n’est plus nécessaire de réaliser de solutions de contournement pour se connecter en SSH sur les dernières versions de Linux/UNIX
    • Support de TLS 1.2
    • Intégration de tous les correctifs apportés dans l’Update Rollup 6 de System Center 2016 Orchestrator.

     

    Service Management Automation

    • Support de PowerShell 4.0+ permettant d’exécuter des scripts en 64-bits et d’avoir accès à de nombreuses fonctions qui n’étaient pas possibles avec PowerShell 2.0
    • Support de SQL Server 2017 pour la base de données
    • Support de TLS 1.2
    • Intégration de tous les correctifs apportés dans l’Update Rollup 5 de System Center 2016 SMA.

     

    Virtual Machine Manager

    • Admin
      • Support des Group Managed Service Accounts comme comptes de service VMM.
      • Support de la gestion des hôtes VMWare ESXi v6.5.
      • Support de SQL Server 2017
      • Le rafraîchissement de l'hôte VMM a fait l'objet de certaines mises à jour pour améliorer ses performances. Avec ces mises à jour, dans les scénarios où l'organisation gère un grand nombre d'hôtes et de machines virtuelles avec des points de contrôle, vous pourriez observer des améliorations significatives et notables.
      • VMM prend en charge la session console améliorée qui permet les opérations Couper (Ctrl + X), Copier (Ctrl + C) et Coller (Ctrl + V) sur le texte ANSI et les fichiers disponibles dans le presse-papiers, permettant ainsi de copier/coller des commandes pour le texte et les fichiers depuis et vers la VM.
    • Compute
      • Support de la virtualisation imbriquée (Nested Virtualization)
      • VMM 2019 supporte la mise à niveau de cluster Storage Space Direct (S2D) entre Windows Server 2016 et 2019
      • Support de la déduplication pour les volumes ReFS sur les clusters hyperconvergés Windows Server 2019
      • Migration de VMs VMware (EFI firmware-based) vers des VMs Hyper-V
    • Storage
      • Storage DO : Cette fonction permet d'éviter que le stockage partagé en cluster (CSV et partages de fichiers) ne soit saturé en raison de l'expansion/de nouveaux VHD placés sur le stockage partagé en cluster. Vous pouvez maintenant définir une valeur de seuil pour déclencher un avertissement lorsque l'espace de stockage libre dans le cluster de stockage partagé devient inférieur au seuil, lors d'un nouveau placement de disque ou d'une migration automatique des VHD vers un autre stockage partagé dans le cluster.
      • Vous pouvez superviser l’état de santé du stockage depuis la page Fabric de la console VMM.
      • VMM vous permet de sélectionner un cluster de volumes partagés (CSV) pour placer un nouveau disque dur virtuel (VHD).
      • Amélioration de la QoS sur le Storage avec :
        • Extension du support SQoS au-delà de S2D - Vous pouvez désormais affecter des stratégies de QoS de stockage aux réseaux de stockage (SAN).
        • La prise en charge des politiques de QoS du cloud privé VMM.
        • Disponibilité des politiques de QoS de stockage en tant que modèles.
      • Networking
        • Configuration des Virtual IPs Software Load Balancing depuis les modèles de service.
        • Support du chiffrement des réseaux VMM. Le chiffrement de bout en bout peut être facilement configuré sur les réseaux VM en utilisant le contrôleur réseau (NC). Ce chiffrement empêche le trafic entre deux machines virtuelles du même réseau et du même sous-réseau, d'être lu et manipulé.
        • Vous pouvez configurer la passerelle/gateway pour le transfert de couche 3 avec la console.
        • Vous pouvez définir une adresse MAC statique sur les machines virtuelles déployées sur un cloud. Vous pouvez également changer l'adresse MAC de statique à dynamique et vice versa pour les machines virtuelles déjà déployées.
        • VMM supporte le protocole LLDP (Link Layer Discovery Protocol). Vous pouvez maintenant afficher les propriétés des périphériques réseau et les informations sur les capacités des hôtes. Le système d'exploitation hôte doit être Windows 2016 ou supérieur.
        • VMM vous permet de convertir un switch embedded teaming (SET) en switch logique en utilisant la console VMM.
        • VMM supporte la mise à jour d'un hôte S2D ou d'un cluster. Vous pouvez mettre à jour des hôtes ou des clusters S2D individuels en fonction des lignes de base configurées dans WSUS.
        • Configuration des clusters invités dans le SDN à travers VMM.
      • Azure
        • Support du patching des machines virtuelles On-Prem (gérées par VMM) avec l'abonnement Azure Automation.
        • Nouveau rôle RBAC : Virtual Machine Administrator. L'utilisateur de ce rôle a un accès en lecture et écriture à toutes les machines virtuelles, sauf à l'accès en lecture seule à la fabric.
        • Support de la gestion des VM basées sur Azure Resource Manager, l'authentification basée sur Azure Active Directory (AD) qui est créée en utilisant le nouveau portail Azure et les abonnements Azure spécifiques aux régions (Allemagne, Chine, régions Azure du gouvernement américain).
      • Sécurité
        • Support des machines virtuelles protégées Linux (Linux Shielded VM)
        • Configuration des Host Guardian Service de bascule.

    Voir la Release Note et les problèmes connus pour chaque produit :

    Télécharger :

    • 29/5/2019

    [AIP] Publication des clients AIP (1.48.204.0) et AIP Unified Labeling (2.0.779.0) sur Windows Update

    Microsoft vient de publier les versions 1.48.204.0 du client Azure Information Protection et 2.0.779.0 du client Azure Information Protection Unified Labeling sur Windows Update.

    La version 1.48.204.0 ajoute les éléments suivants :

    • Le scanneur Azure Information Protection est maintenant configuré à partir du portail Azure, plutôt qu'en utilisant PowerShell.
    • Le scanneur supporte plusieurs bases de données de configuration sur la même instance de serveur SQL lorsque vous spécifiez un nom de profil.
    • Support des types d'informations sensibles suivants qui aident à identifier les informations d'identification dans les documents et les e-mails :
      • Azure Service Bus Connection String
      • Azure IoT Connection String
      • Azure Storage Account
      • Azure IAAS Database Connection String and Azure SQL Connection String
      • Azure Redis Cache Connection String
      • Azure SAS
      • SQL Server Connection String
      • Azure DocumentDB Auth Key
      • Azure Publish Setting Password
      • Azure Storage Account Key (Generic)
    • Nouveaux paramètres client avancés qui implémentent des messages contextuels dans Outlook qui peuvent avertir, justifier ou bloquer l'envoi d'e-mails.
    • Si vous labelisez et protégez les fichiers en utilisant le cmdlet Set-AIPFileLabel, vous pouvez utiliser le paramètre EnableTracking pour enregistrer le fichier sur le site de suivi des documents.
    • Nouveau paramètre client avancé applicable uniquement lorsque vous configurez les paramètres de stratégie pour ne pas afficher les permissions personnalisées : Lorsqu'un fichier est protégé par des permissions personnalisées, affichez l'option permissions personnalisées dans l'Explorateur de fichiers pour que les utilisateurs puissent les voir et les modifier (s'ils ont les permissions de modifier les paramètres de protection).
    • Découverte des noeuds de terminaison d'Azure Information Protection Analytics.
    • Deux nouveaux paramètres client avancés pour l’analytics, pour les scénarios suivants :
      • Empêcher l'envoi de correspondances de type d'information pour un sous-ensemble d'utilisateurs lorsque vous avez coché la case dans le portail Azure pour collecter les correspondances de contenu.
      • Pour le rapport de découverte des données, indiquez si les fichiers contiennent des informations sensibles.
    • Pour la liste des correctifs, rendez-vous sur l’article adéquat.

     

    La version 2.0.779.0 corrige un problème de condition rare où parfois, aucune étiquette ne s'affiche dans les applications Office ou File Explorer. Les nouveautés étaient présentes dans la version 2.0.778.0.

     

    Télécharger Microsoft Azure Information Protection

    • 28/5/2019

    [Windows 10 1809] Le chiffrement silencieux BitLocker ne fonctionne pas sur des périphériques joints à Azure AD

    Microsoft a publié un article dans la base de connaissance concernant un problème touchant le chiffrement silencieux des disques avec BitLocker sur des machines Windows 1809 jointes à Azure Active Directory. Le chiffrement démarre bien puis s’arrête sans chiffrer aucun des disques.

    Ceci touche tous les scénarios :

    • Chiffrement lors du déploiement avec Windows Autopilot
    • Chiffrement via les stratégies Microsoft Intune
    • Chiffrement lors de la jointure automatique à Azure Active Directory via des périphériques compatibles Connected Standby

    Pour les périphériques joints à Azure AD, le paramètrage AllowWarningForOtherDiskEncryption du CSP BitLocker contrôle si les utilisateurs sont invités à désactiver d'autres méthodes de chiffrement de disque si la stratégie de groupe requiert le chiffrement de disque BitLocker. Si AllowWarningForOtherDiskEncryption est réglé sur 0, le message d'avertissement est désactivé et le processus de cryptage BitLocker s'exécute en silence.

    Si les autres méthodes de chiffrement ne sont pas désactivées, le processus de chiffrement ne peut pas sauvegarder la clé de restauration BitLocker sur Azure AD. Cet échec, à son tour, provoque l'arrêt du processus de chiffrement sans chiffrer les lecteurs. Ce problème se produit quel que soit le niveau d'autorisation de l'utilisateur sur l'ordinateur.

    Pour contourner le problème, Microsoft recommande de chiffrer manuellement la machine via le panneau de configuration.

    Microsoft a publié la mise à jour corrigeant ce problème : May 21, 2019—KB4497934 (OS Build OS 17763.529)

    Source : https://support.microsoft.com/en-us/help/4501517/bitlocker-cannot-silently-encrypt-drives-on-azure-ad-joined-devices

    • 27/5/2019

    Nouvelle Preview (1.2019.522.0) de l’outil de packaging MSIX

    Microsoft propose une nouvelle préversion (1.2019.522.0) de son outil de packaging MSIX (MSIX Packing Tool) depuis le Microsoft Store. Cet outil permet de prendre un package d’application Win32 existant et de la convertir au format MSIX. Vous utilisez pour cela une machine de référence pour exécuter l’outil et obtenir le package MSIX que vous pouvez ensuite déployer à la main, par votre outil de télédistribution ou depuis le Microsoft Store.

    Pour rappel, le format MSIX est un nouveau format standardisé lancé par Microsoft pour remplacer l’ensemble des formats de packaging existants tout en bénéficiant des avancés des différentes solutions : Click-To-Run (C2R), App-V, APPX et plus généralement du Framework d’applications universelles (UWP). Il offre donc des mécanismes de conteneurisation et les bénéfices des applications universelles avec une installation, mise à jour et désinstallation aisée sans laisser aucune trace sur le système. Il fournit aussi des mécanismes de sécurisation avancés permettant de valider l’intégrité du code exécuté. Ce format permet aussi de créer des personnalisations pour les applications packagées et de les faire perdurer au travers des différentes mises à jour de l’application.

    Pas de nouveautés dans cette préversion mais une amélioration des fonctionnalités déjà introduite précédemment :

    • Support des installeurs Win32 qui requièrent des redémarrages. Une option permettant de faire de l’auto-connexion après un redémarrage est disponible
    • De nouvelles options dans les paramétrages d’application pour :
      • Spécifier un certificat par défaut et signer des packages avec
      • Spécifier un code de sortie pour les installeurs qui nécessite un redémarrage
    • Corrections de bugs et améliorations

     

    Plus d’informations sur : MSIX Packaging Tool (Preview) is now available from the Microsoft Store

    Plus d'éléments sur le format MSIX sur MSIX Intro

    Télécharger MSIX Packing Tool

    • 27/5/2019

    [Intune] Les nouveautés de mi-mai 2019

    Microsoft vient d’annoncer la mise à disposition d’un nouvel ensemble de fonctionnalités pour Microsoft Intune.

    Les fonctionnalités suivantes sont ajoutées :

    Enregistrement des périphériques

    • [Windows 10] Disponibilité Générale de la page d’état d’enregistrement (Enrollment Status Page).

    • [Windows 10] L’interface permettant la création d’un profile d’enregistrement Autopilot a été mis à jour pour s’aligner avec les styles d’interface d’Azure.
    • [iOS] Changement dans la méthode d’authentification pour les périphériques enregistrés via Apple Configurator, Apple Business Manager, Apple School Manager, et Apple Device Enrollment Program (DEP). Microsoft Intune ne supportera plus le portail d’entreprise s’il est installé manuellement par l’utilisateur lorsque l’authentification a lieu via Setup Assistant lors de l’enregistrement. Plus d’informations sur : Mise à jour du workflow d’authentification des périphériques iOS d’entreprise avec Setup Assistant.
    • [iOS] La suppression d’un périphérique à partir des portails Apple Device Enrollment Program ou Apple Business Manager est répliquée dans Microsoft Intune lors de la prochaine synchronisation.

    Gestion du périphérique

    • [Général] Vous n’avez plus besoin d’inclure les espaces dans les numéros IMEI lors de la recherche dans la vue All Devices.
    • [Windows 10] La fonctionnalité Autopilot Reset fonctionne maintenant pour tous les périphériques et plus uniquement ceux qui ne sont pas configurés pour utiliser la page d’enregistrement d’état (ESP). Si aucune page d'état d'inscription n'a été configurée pour le périphérique lors de l’enregistrement initial, le périphérique ira directement sur le bureau après la connexion. Cela peut prendre jusqu'à huit heures pour se synchroniser et paraître conforme dans Intune.

    Configuration du périphérique

    • [Général] Public Preview permettant d’utiliser Intune pour gérer les tâches de sécurité pour Microsoft Defender Advanced Threat Protection (ATP). Cette intégration avec ATP ajoute une approche basée sur les risques pour découvrir, prioriser et corriger les vulnérabilités et les erreurs de configuration des périphériques, tout en réduisant le temps entre la découverte et l'atténuation.

    • [Windows 10] Un nouveau paramétrage de conformité permet de vérifier la version de la puce TPM sur le périphérique.

    • [Windows 10] Vous pouvez configurer les scripts PowerShell pour qu'ils s'exécutent avec les privilèges d'administrateur de l'utilisateur sur le périphérique.

    • [Windows 10] Microsoft a ajouté en Preview une baseline de sécurité pour Microsoft Defender Advanced Threat Protection (ATP).
    • [iOS] Support de Network Access Control par F5 Access sur les périphériques iOS. Ce supporte st apporté par la mise à jour de BIG-IP 13.1.5 (Notez que BIG-IP 14 n’est pas supporté). Vous devez ensuite intégrer BIG-IP avec Intune pour NAC et cochez le paramétrage Enable Network Access Control (NAC) sur le profile VPN dans Microsoft Intune.

    • [iOS] Vous pouvez empêcher l’utilisateur de modifier le partage de connexion personnel (supervisé uniquement) et désactiver la journalisation du serveur Siri. Ceci se fait via la création d’une stratégie de restriction (Device configuration > Profiles > Create profile > iOS comme plateforme > Device restrictions pour le type de profil).

    • [iOS] Le paramétrage Password to access app store est renommé Require iTunes Store password for all purchases dans Device configuration > Profiles > Create profile > iOS pour plateforme > Device restrictions comme type de profil > App store, Doc viewing, and Gaming.
    • [macOS] Nouveau paramétrage de restriction de périphériques pour l’application classroom. Ces paramétrages disponibles dans Device configuration > Profiles > Create profile > macOS comme plateforme > Device restrictions comme type de profile, permettent de bloquer les sceenshots, et de désactiver la librairie photo iCloud.

     

    Gestion des applications

    • [Android/iOS] Vous pouvez configurer comment l’utilisateur final met à jour des applications métiers via les stratégies de protection d’applications. Les utilisateurs finaux verront cette fonction dans la boîte de dialogue de lancement conditionnel avec la version minimale de l'application, qui les invitera à mettre à jour l'application métier. Vous devez fournir ces détails de mise à jour dans le cadre de votre stratégie de protection des applications (APP/MAM). Sous iOS, cette fonctionnalité nécessite que l'application soit intégrée (ou encapsulée à l'aide de l'outil de wrapping) avec le SDK Intune pour iOS v. 10.0.7 ou supérieur. Sur Android, cette fonctionnalité nécessite la dernière version du Portail d'entreprise. Pour configurer la façon dont un utilisateur final met à jour une application métier, l'application a besoin d'une stratégie de configuration d'application gérée qui lui est envoyée avec la clé com.microsoft.intune.myappstore. La valeur envoyée définira de quel magasin l'utilisateur final téléchargera l'application. Si l'application est déployée via le Portail d'entreprise, la valeur doit être CompanyPortal. Pour tout autre magasin, vous devez saisir une URL complète.
    • [Android/iOS] Vous pouvez spécifier si la signature par défaut est activée dans Outlook sur iOS et Android. Vous pouvez aussi laisser l’utilisateur changer les paramétrages biométriques dans Outlook sur iOS.
    • [Android] Pour faciliter la configuration et l'utilisation de la gestion d'Android Enterprise par les administrateurs, Intune ajoutera automatiquement quatre applications Android Enterprise communes à la console d'administration d'Intune :
      • Microsoft Intune - Utilisé pour les scénarios entièrement gérés d'Android Enterprise.
      • Microsoft Authenticator - Vous aide à vous connecter à vos comptes si vous utilisez la vérification à deux facteurs.
      • Intune Company Portal - Utilisé pour les politiques de protection des applications (APP) et les scénarios Android Enterprise Work Profile.
      • Managed Home Screen- Utilisé pour les scénarios Android Enterprise dédiés/kiosk.

    Pour les entreprises qui ont déjà connecté leur tenant ou qui utilisent déjà Android Enterprise, il n'y a rien à réaliser. Ces quatre applications apparaîtront automatiquement dans les 7 jours suivant la fin du déploiement du service en mai 2019.

     

    Supervision et Dépannage

    • [Windows 10] Le rapport de chiffrement des périphériques et BitLocker est en disponibilité générale.

     

    Plus d’informations sur : https://docs.microsoft.com/en-us/intune/whats-new

    • 26/5/2019

    Des cours gratuits pour les certifications Azure (AZ-100, AZ-101, AZ-200, AZ-201, AZ-300, AZ-301, AZ-500, et AZ-900)

    Microsoft a publié des cours gratuits sur la plateforme EDX permettant de se préparer aux dernières certifications Microsoft Azure. Notez que les cours pour les certifications AZ-100/AZ-101 et AZ-200/AZ-201 qui ont été fusionnées respectivement en AZ-103 et AZ-203 n’ont pas été revus.

    Voici la liste des cours :

    AZ-100: Microsoft Azure Infrastructure and Deployment

    AZ-101: Microsoft Azure Integration and Security

    AZ-200: Microsoft Azure Developer Core Solutions

    AZ-201: Microsoft Azure Developer Advanced Solutions

    AZ-300: Microsoft Azure Architect Technologies

    AZ-301: Microsoft Azure Architect Design

    AZ-500: Microsoft Azure Security Technologies

    AZ-900: Microsoft Azure Fundamentals

    • 26/5/2019

    Des cours gratuits pour les certifications Windows 10 et Microsoft 365 (MD-100, MD-101, MS-100, MS-101, MS-200, MS-201, MS-300, MS-301, MS-500, et MS-900)

    Microsoft a publié des cours gratuits sur la plateforme EDX permettant de se préparer aux dernières certifications Windows 10 et Microsoft 365.

    Voici la liste des cours :

    MD-100: Windows 10

    MD-101: Managing Modern Desktops

    MS-100: Microsoft 365 Identity and Services

    MS-101: Microsoft 365 Mobility and Security

    MS-200: Planning and Configuring a Messaging Platform

    MS-201: Implementing a Hybrid and Secure Messaging Platform

    MS-300: Deploying Microsoft Teamwork

    MS-301: Deploying SharePoint Server Hybrid

    MS-500: Microsoft 365 Security Administration

    MS-900: Microsoft 365 Fundamentals

    • 25/5/2019

    [Windows 10 1903] Un Webcast sur les nouveautés de Windows 10 1903 pour les IT Pros

    Alan Meeus (Product Marketing Manager, Windows Commercial) et Joe Lurie (Senior Product Marketing Manager, Windows Commercial) vont proposer un webcast suivi d’une session de questions/réponses. Cet évènement aura lieu le mardi 28 mai 2019 de 19h à 20h (heure française).

    • Les derniers apports de Microsoft Defender ATP et les technologies antivirus de nouvelle génération.
    • Les nouveautés pour prendre en charge la protection contre les menaces et la protection de l'identité.
    • De nouveaux outils et stratégies pour vous aider à faire face plus rapidement aux tâches communes de configuration et de gestion.

    Pour s’inscrire : https://info.microsoft.com/US-NOGEP-WBNR-FY19-05June-17-ON24VirtualEvent-1996_01Registration-ForminBody.html

    • 20/5/2019

    [SCCM] La Technical Preview 1905 de System Center Configuration Manager est disponible

    Microsoft vient de mettre à disposition la Technical Preview 1905 (5.0.8827.1000) de System Center Configuration Manager. Pour rappel, ConfigMgr a subi une refonte de sa structure pour permettre des mises à jour aisées de la même façon que l’on peut le voir avec Windows 10. Si vous souhaitez installer cette Technical Preview, vous devez installer la Technical Preview 1804 puis utiliser la fonctionnalité Updates and Servicing (nom de code Easy Setup).

     

    System Center Configuration Manager TP 1905 comprend les nouveautés suivantes :

    Administration

    • Amélioration de la console d’administration pour inclure :
      • Sur le nœud Device, vous pouvez sélectionner un périphérique et dans le panneau de détails ; un nouvel onglet Collections vous permet de lister toutes les collections dans lesquelles le périphérique est inclus. Cette fonction n’est pas disponible sous le nœud Device Collections.
      • Si vous sélectionnez une application dans la partie Software Library et Applications, le panneau de détail affiche un onglet Task Sequence qui référence les séquences de tâches où l’application est référencée.
      • Dans l’espace de travail Monitoring puis Script Status, il liste maintenant le nom des collections en plus des identifiants.
      • Vous pouvez démarrer CMPivot depuis un le nœud correspondant à la collection que vous avez ouverte dans la vue Device Collections.
      • Dans l'espace de travail Monitoring, sélectionnez le nœud Deployments. Sélectionnez un déploiement et choisissez l'action Afficher l'état dans le ruban. Dans le volet d'état de déploiement, double-cliquez sur les ressources totales pour accéder à une liste de périphériques. Lorsque vous sélectionnez un périphérique dans cette liste, vous pouvez maintenant lancer CMPivot et des scripts.
      • Dans l'espace de travail Monitoring, sélectionnez le nœud Cloud Management. Les couleurs dans les donuts pour les clients actuellement en ligne sont maintenant les mêmes que dans le graphique des clients en ligne (30 derniers jours).
      • Dans l'espace de travail Software Library, développez Application Management, puis sélectionnez le nœud Packages. Sélectionnez plus d'un package. Dans le groupe package du ruban, vous pouvez maintenant supprimer plusieurs packages à la fois.
      • Dans les nœuds Devices et Device Collections, vous pouvez maintenant ajouter une nouvelle colonne pour le SMBIOS GUID.
    • Le tableau de bord Client Data Sources inclut maintenant les données relatives à Delivery Optimization. Les données ne remontent que celles relatives aux installations des mises à jour express Windows 10.
    • Le hub communautaire déjà introduit dans des versions précédentes, se voit enrichi. Il permet maintenant la récupération de séquences de tâches, applications, et objets de configuration. Le hub permet de partager ces objets, mais ne partage aucun contenu source associé aux objets. Par exemple, les images de démarrage, les packages de mise à niveau du système d'exploitation ou les packages de pilotes référencés par une séquence de tâches ne sont pas partagés. Actuellement, le hub ne prend pas en charge les dépendances. Si une séquence de tâches inclut l'étape Installer l'application, les applications référencées ne sont pas partagées. Les mots de passe ou autres secrets sont supprimés d'une séquence de tâches avant le partage.
    • Le Management Point vérifie toutes les cinq minutes l'état de santé de son service utilisateur. Il signale tout problème via des messages de statut pour le composant de site SMS_MP_CONTROL_MANAGER. Le service utilisateur est utilisé par le Software Center pour les applications en libre-service destinées aux utilisateurs. A partir de ConfigMgr 1906, le client utilisera le Management Point plutôt que les rôles de catalogue d’applications. Il ne sera plus possible d’installer ces rôles à partir de ConfigMgr 1910.
    • Vous pouvez maintenant créer des collections sur la base d’un groupe Azure Active Directory. Les membres de la collection sont ainsi automatiquement synchronisés en fonction des membres du groupe Azure Active Directory (statique ou dynamique). Seuls les périphériques ayant un enregistrement Azure Active Directory sont pris en compte dans le groupe Azure AD. Les appareils Hybrid Azure AD Joined et Azure Active Director Joined sont supportés.
    • Vous pouvez maintenant spécifier la durée minimale pendant laquelle le client Configuration Manager doit conserver le contenu mis en cache. Ce paramètre client contrôle la durée pendant laquelle le client stocke le contenu dans le cache avant de le supprimer. Dans le groupe Client cache settings des paramètres client, configurez les paramètres suivants : Minimum duration before cached content can be removed (minutes).

     

    Client

    • OneTrace est une nouvelle visionneuse de journaux inclue dans Support Center. Il fonctionne de manière similaire à CMTrace. Ils fonctionnent avec les logs ConfigMgr, les messages d’état, et les logs Windows Update.
    • Vous pouvez maintenant ajouter jusqu'à cinq onglets personnalisés dans le Software Center. Vous pouvez également modifier l'ordre dans lequel ces onglets apparaissent dans le Software Center.
    • Il est maintenant possible de configurer plus de notifications de compte à rebours pour les redémarrages sur les clients. On retrouve deux paramétrages dans les paramétrages client : Specify the snooze duration for computer restart countdown notifications (hours) et Display a temporary notification to the user that indicates the interval before the user is logged off or the computer restarts (minutes).

     

    Déploiement d’applications

    • L’administrateur peut créer des groupes d’applications qui peuvent être déployés comme une seule entité à l’utilisateur ou la machine. Les métadonnées du groupe d’applications sont vues comme une seule entité dans le Software Center. L’administrateur peut ordonnancer les applications dans le groupe afin de les installer dans un ordre spécifique.
    • Dans la foulée des groupes d’applications, Microsoft permet la création de séquence de tâches d’installation d’applications complexes via le modèle d’application. L’administrateur peut spécifier un type de déploiement pour installer ou désinstaller une application. Cette fonctionnalité permet de déployer la séquence de tâches à une collection d’utilisateur par exemple et de spécifier des métadonnées et une icône qui seront utilisées dans le Software Center/Centre Logiciels.
      L’administrateur ne peut spécifier que des tâches non relatives à du déploiement de système d’exploitation.
    • Amélioration du processus d’approbation des applications :
      • Si vous approuvez une demande d'application dans la console, puis la refusez, vous pouvez maintenant l'approuver à nouveau. L'application est réinstallée sur le client une fois que vous l'avez approuvée.
      • Dans la console, le nœud Approval Requests est renommé Applications Requets.
      • Il y a une nouvelle méthode WMI, DeleteInstance pour supprimer une demande d'approbation d'application. Cette action ne désinstalle pas l'application sur le périphérique. Si elle n'est pas déjà installée, l'utilisateur ne peut pas installer l'application à partir du Software Center.
      • Appelez l'API CreateApprovedRequest pour créer une demande pré-approuvée pour une application sur un appareil. Pour empêcher l'installation automatique de l'application sur le client, définissez le paramètre AutoInstall sur FALSE. L'utilisateur voit l'application dans le Software Center, mais elle n'est pas installée automatiquement.
    • Vous pouvez maintenant réessayer l'installation d'une application que vous avez déjà approuvée pour un utilisateur ou un périphérique. L'option d'approbation ne s'applique qu'aux déploiements disponibles. Si l'utilisateur désinstalle l'application, ou si le processus d'installation initiale échoue, Configuration Manager ne réévalue pas son état et ne le réinstalle pas. Cette fonction permet à un technicien du support technique de réessayer rapidement l'installation de l'application pour un utilisateur qui solliciterait son aide.
    • Depuis la console Configuration Manager, vous pouvez maintenant installer des applications sur un périphérique en temps réel. Cette fonction peut aider à réduire le besoin de collections séparées pour chaque application. Elle requiert certains prérequis.

     

    Gestion des mises à jour logicielles

    • C’est un des points que j’adressais avec l’un des scripts décrit dans mon article sur la maintenance/nettoyage de WSUS ; Microsoft ajoute maintenant la capacité de supprimer les mises à jour obsolètes de la base de données WSUS.
    • Vous pouvez maintenant spécifier le temps maximum d’installation attribuée à des mises à jour. Ce paramètre se spécifie au niveau des paramètres du composant Software Update Point. Il change le temps maximum d’exécution pour les nouvelles mises à jour synchronisées. Auparavant, il devait être modifié sur chaque mise à jour. Il impacte l’ensemble des mises à jour associées à la catégorie. On retrouve :
      • Features Updates qui inclut les trois classifications : Upgrades, Update Rollups, Service Packs
      • Non-Feature Updates qui inclut une mise à jour qui n’est pas comprise dans la catégorie Features Updates et pour l’un des produits suivants : Windows 10 (toutes versions), Windows Server 2012, Windows Server 2012 R2, Windows Server 2016, Windows Server 2019, et Office 365.

    Note : La fonctionnalité est listée mais non visible dans la console.

     

    Déploiement de système d’exploitation

    • C’est un projet sur lequel j’ai travaillé il y a deux ans maintenant à un MVP Summit avec Microsoft. Cela prend enfin forme directement dans le produit puisque Microsoft intègre le Task Sequence Debugger pour vous aider à dépanner une séquence de tâches sur un périphérique. Il vous suffit de sélectionner l’option Debug au moment du déploiement de la séquence de tâches. Le Debugger permet de contrôler d’une manière à vous aider à dépanner et investiguer. Vous pouvez spécifier des points de pause puis avancer, reculer, faire de l’étape par étape, etc.
      Note : Le Debugger ne marche pour l’instant que dans Windows PE.
    • Déjà introduit dans la TP1904, il est maintenant possible de précharger dans le cache les packages tout comme les images de système d’exploitation et les packages de drivers. Ceci s’ajoute aux packages de mise à jour de système d’exploitation afin de mieux contrôler l’usage de la bande passante.
    • L'étape Disable BitLocker a un nouveau compteur de redémarrage. Utilisez cette option pour spécifier le nombre de redémarrages nécessaires pour que BitLocker reste désactivé. Cette modification simplifie votre séquence de tâches. Vous pouvez utiliser une seule étape, au lieu d'ajouter plusieurs instances de cette étape.
    • Vous pouvez ajouter via l’installeur Configuration Manager, un second nœud réplica sur un groupe de disponibilité AlwaysOn de SQL Server. Il n’est plus nécessaire de réaliser ces actions manuellement.

     

    Gestion des paramétrages et de la conformité

    • Annoncé il y a quelques semaines, Microsoft démarre le début de l’intégration des fonctionnalités de gestion de BitLocker proposées par Microsoft BitLocker Administration and Monitoring (MBAM).
    • Un nouveau paramétrage de stratégie Windows Defender Application Guard permet d’ouvrir des fichiers de confiance sur l’hôte, qui devraient normalement être ouvert dans l’environnement virtuel Application Guard. Ceci s’applique à Windows 10 1809.

     

    Plus d’informations sur : https://docs.microsoft.com/en-us/sccm/core/get-started/2019/technical-preview-1905

     

    • 9/5/2019

    [SCCM CB] Les MDMs concurrents ne font pas de Co-Management !

    Il y a plusieurs mois maintenant, Microsoft annonçait l’arrivée du Co-Management de machine Windows 10 avec à la fois System Center Configuration Manager et Microsoft Intune. Ceci permet aux entreprises qui ont déjà System Center Configuration Manager de bénéficier des avancées de gestion moderne proposées par le Cloud via Microsoft Intune. Ceci donne accès à l’effacement à distance, l’accès conditionnel, Windows Autopilot, l’état de santé du client dans la console Intune, etc. Cela permet aussi aux entreprises de conserver les investissements qu’ils ont pu faire sur System Center Configuration Manager tout en se laissant le temps de passer des charges de travail initialement gérées par SCCM vers Microsoft Intune :

    • Stratégies de conformité
    • Stratégie de mises à jour logicielles
    • Stratégies d’accès aux ressources de l’entreprise
    • Gestion de l’antivirus (Endpoint Protection)
    • Configuration du périphérique
    • Gestion des applications Office Click-to-Run
    • Déploiements d’applications clientes.

    Depuis quelques temps dans des phases d’Avant-Vente pour défendre le modèle proposé par Microsoft, on se retrouve face à des solutions de gestion de périphériques mobiles (MDM) concurrentes (MobileIron, AirWatch, etc.) qui se targuent de pouvoir faire du Co-Management avec System Center Configuration Manager.

    C’est le signe que c’est Microsoft qui donne la direction à l’ensemble de l’écosystème EMM/MDM. Ces acteurs qui se retrouvent chahutés n’ont que d’autres solutions que de s’aligner sur les choix de Microsoft et le vocabulaire utilisé.

    Mais qu'en est-il vraiment ?

    Ne confondez pas Co-Management et Co-Existence ! Bien entendu, ce serait mentir que de dire que le client Configuration Manager ne peut pas coexister sur des postes Windows 10 gérés par d’autres solutions de MDM si ce périphérique est soit joint à Azure Active Directory ou Hybrid Azure AD Join. Ce n’est bien entendu pas le cas dans un mode BYOD ou la machine n’est joint à aucun domaine.

    Avoir deux autorités (un MDM et SCCM ou tout autre outil) sur un seul périphérique n’est pas si trivial car les outils (tout comme c’est le cas pour des antivirus) peuvent générer des conflits. Des valeurs de paramètres différentes peuvent s’appliquer continuellement.

    System Center Configuration Manager et Microsoft Intune est le seul couple qui propose une véritable solution travaillant ensemble : Du Co-Management ! System Center Configuration Manager et Microsoft Intune communiquent ensembles pour permettre de basculer les charges de travail citées plus haut sans impacter l’un ou l’autre des outils en fonction de l’autorité qui endosse la prise en charge de la fonctionnalité.

    Cette interaction n’existe pas avec d’autres solutions de MDM ! Dans ce cas, Microsoft a tout de même créé un système. Si le client ConfigMgr détecte une solution de gestion (MDM) tierce, alors certaines fonctionnalités sont automatiquement désactivées dans System Center Configuration Manager. Cela touche de manière similaire les fonctionnalités suivantes :

    • Stratégies de conformité
    • Analyse de mises à jour logicielles et installation
    • Stratégies d’accès aux ressources de l’entreprise
    • Gestion de l’antivirus (Endpoint Protection)
    • Configuration du périphérique
    • Gestion des applications Office Click-to-Run
    • Déploiements d’applications clientes incluant les packages.

    La grande différence se situe donc sur le fait qu’il n’est pas possible de choisir quelle charge de travail on souhaite gérer avec SCCM ou avec le MDM tiers. Par défaut le client SCCM désactive tout et ne garde que des fonctionnalités sommaires telles que : l’inventaire matériel et logicielles, Asset Intelligence, le contrôle d’usage logiciels et la gestion de l’alimentation. C’est pourquoi cette solution s’apparente plutôt à de la Co-Existence.

    Source : https://docs.microsoft.com/en-us/sccm/comanage/coexistence

    • 8/5/2019

    [Intune] Correction de deux problèmes de provisionnement de l’Intune Management Extension pour le déploiement d’applications

    Avec la version 1904 de Microsoft Intune, Microsoft corrige deux problèmes de scénario concernant le déploiement initial de l’Intune Management Extension utilisé pour le déploiement d’applications Win32 et de scripts PowerShell.

    Scénario 1 : Hybrid Azure AD Join

    Auparavant, si vous procédiez au scénario de gestion suivant :

    1. Réalisation de la jointure hybride à Azure AD (Hybrid Azure AD Join) d’une machine jointe initialement à Active Directory
    2. Enregistrement automatique dans Microsoft Intune via la GPO : Auto MDM Enrollment with AAD Token.

    Alors la machine était bien Hybrid Azure AD Join et enregistrée automatiquement (sans action de l’utilisateur) dans Microsoft Intune. Néanmoins, l’installation d’Intune Management Extension n’était pas réalisée. Il n’était ainsi pas possible de déployer des applications Win32 ou des scripts PowerShell.

    Scénario 2 : Jointure manuelle dans Azure AD puis enregistrement manuelle dans Microsoft Intune

    Dans ce cas, si vous procédiez au scénario de gestion suivant :

    1. Jointure manuelle dans Azure AD d’une machine sans que l’option d’enregistrement automatique à Microsoft Intune soit activée sur le tenant.
    2. Enregistrement manuelle par l’utilisateur dans Microsoft Intune

    Dans ce cas de figure, l’installation d’Intune Management Extension n’était pas réalisée. Il n’était ainsi pas possible de déployer des applications Win32 ou des scripts PowerShell. Il fallait alors déjoindre la machine à Azure AD et refaire une jointure manuelle.

    A partir d’avril 2019 :

    Dans les deux cas, avec la version 1904 du service, l’extension est automatiquement installée après l’enregistrement dans Microsoft Intune. Pour les périphériques qui auraient déjà été dans cet état, il suffit de déployer une application ou un script PowerShell pour que l’installation de l’extension soit réalisée.

    • 7/5/2019

    [SCCM CB/Intune] Co-Management des mises à jour logicielles et Dual Scan

    Jusqu’à maintenant, nous implémentions les solutions permettant d’empêcher le Dual Scan des mises à jour logicielles lorsqu’une machine est gérée avec System Center Configuration Manager. Avec les changements de stratégie, vous pouvez faire parti de ces entreprises qui gèrent les machines Windows 10 en Co-Management à la fois avec Microsoft Intune et System Center Configuration Manager.

    Vous pouvez donc décider un jour de gérer les mises à jour logicielles Microsoft avec Windows Update for Business et Microsoft Intune. Néanmoins, vous voulez potentiellement continuer de déployer des mises à jour tierces avec System Center Configuration Manager (et anciennement SCUP).

    Dans ce cas de figure, vous devez suivre le processus suivant :

    • Configurer le Co-Management (Ceci est un prérequis bien entendu) avec Microsoft Intune
    • Déplacer la charge de travail Windows Update Policies vers Microsoft Intune
    • Dans les paramétrages du client ConfigMgr, vous devez (garder) activer la gestion des mises à jour logicielles.
    • Ciblez ensuite des stratégies de gestion de mises à jour logicielles (Windows Update for Business) avec Microsoft Intune sur les périphériques

    En finalité, le client Configuration Manager configurera automatiquement le comportement Dual Scan sur les machines pour prendre en compte ce scénario.

    • 6/5/2019

    [Azure AD] Nouvelle documentation pour l’implémentation de l’authentification à facteurs multiples

    Microsoft a publié une nouvelle documentation basée sur les multiples guides PDF déjà publiés pour vous guider dans l’implémentation de l’authentification à facteurs multiples (MFA) proposée par Azure Active Directory.

    Cette documentation est donc à suivre avec attention :

    1. Prerequisites
    2. Plan user rollout
    3. Deployment Considerations
    4. Define network locations
    5. Plan authentication methods
    6. Plan registration policy
    7. Plan conditional access policies
    8. Plan integration with on-premises systems
    9. Implement your Plan
    10. Manage your solution
    11. Troubleshoot MFA Issues

    https://aka.ms/deploymentplans/mfa

    • 5/5/2019

    Microsoft publie le framework SECCON pour sécuriser son environnement

    Microsoft a créé un guide simplifié qui permet de sécuriser des machines Windows 10 en fonction des 5 niveaux de sécurité DEFCON :

    • Niveau 5 - Sécurité d'entreprise : Microsoft recommande cette configuration comme configuration de sécurité minimale pour un périphérique d'entreprise. Les recommandations pour ce niveau de configuration de sécurité sont généralement simples et sont conçues pour être déployées dans les 30 jours.
    • Niveau 4 - Entreprise haute sécurité : Microsoft recommande cette configuration pour les périphériques où les utilisateurs accèdent à des informations sensibles ou confidentielles. Certains contrôles peuvent avoir un impact sur la compatibilité des applications et, par conséquent, passeront souvent par une période audit-configure-applique. Les recommandations pour ce niveau sont généralement accessibles à la plupart des organisations et sont conçues pour être déployées dans les 90 jours.
    • Niveau 3 - Sécurité VIP d'entreprise : Microsoft recommande cette configuration pour les périphériques gérés par une entreprise dotée d'une équipe de sécurité plus importante ou plus sophistiquée, ou pour des utilisateurs ou des groupes spécifiques qui sont exposés à un risque particulièrement élevé. Une entreprise susceptible d'être ciblée par des adversaires bien financés et sophistiqués devrait aspirer à cette configuration. Les recommandations pour ce niveau de configuration de sécurité peuvent être complexes (par exemple, la suppression des droits d'administrateur local pour certaines organisations peut être un long projet en soi) et peuvent souvent aller au-delà de 90 jours.
    • Niveau 2 - Poste de travail DevOps [En cours de rédaction] : Microsoft recommande cette configuration aux développeurs et aux testeurs, qui sont une cible attrayante tant pour les attaques de la chaîne d'approvisionnement que pour les attaques de vol de justificatifs qui tentent d'accéder à des serveurs et systèmes contenant des données de grande valeur ou où les fonctions critiques de l'entreprise pourraient être perturbées.
    • Niveau 1 - Poste de travail de l'administrateur [En cours de rédaction] : Les administrateurs (en particulier ceux des systèmes d'identité ou de sécurité) courent le plus grand risque de vol de données, d'altération de données ou d'interruption de service.

     

    • 4/5/2019

    [Azure AD] Des vidéos sur l’accès conditionnel

    Vous souhaitez mettre en place de l’accès conditionnel sur vos ressources d’entreprise ? Microsoft a créé une série de vidéo qui aborde le sujet. Pour rappel, l’accès conditionnel permet de restreindre l’accès à des ressources de l’entreprise (Office 365, VPN, Services Azure, Applications métiers, etc.) en fonction de conditions définies et de règles de conformité.

    Plus d’informations sur :

    • 3/5/2019

    [SCCM] La Technical Preview 1904 de System Center Configuration Manager est disponible

    Microsoft vient de mettre à disposition la Technical Preview 1904 (5.0.8813.1000) de System Center Configuration Manager. Pour rappel, ConfigMgr a subi une refonte de sa structure pour permettre des mises à jour aisées de la même façon que l’on peut le voir avec Windows 10. Si vous souhaitez installer cette Technical Preview, vous devez installer la Technical Preview 1804 puis utiliser la fonctionnalité Updates and Servicing (nom de code Easy Setup).

    System Center Configuration Manager TP 1904 comprend les nouveautés suivantes :

    Administration

    • Le hub communautaire déjà introduit dans des versions précédentes, se voit enrichi. Il permet maintenant la récupération de rapports. Vous devez pour cela activer l’option Use Configuration Manager-generated certificates for HTTP site systems au niveau du site qui récupère les rapports. Pour plus de détails sur comment contribuer vous pouvez vous référer à la documentation.
    • Amélioration des processus sous-jacent au Centre Logiciels/Software Center :
      • Pour les applications en libre-service destinées aux utilisateurs, le Software Center les récupère maintenant à partir du Management Point. Il a ce comportement même si le site a les rôles catalogue d'applications. Cette modification vous permet de supprimer plus facilement ces rôles de site.
      • Auparavant, le Software Center choisissait le premier Management Point dans la liste des serveurs disponibles. À partir de cette version, il utilise le même Management Point que celui utilisé par le client. Ce changement permet au Software Center de s'aligner avec le client et d'avoir le même comportement de repli.
    • CMPivot peut être utilisé de manière autonome sans nécessiter la console d’administration. L’outil peut donc être partagé avec d’autres personnes (helpdesk, équipe sécurité, etc.) afin de leur permettre de récupérer des données intéressantes. L’application CMPivot est stockée dans <répertoire d’installation du site>\tools\CMPivot\CMPivot.exe. L’outil doit être copié avec l’ensemble des fichiers (dll, etc.). Il doit être exécuté avec les paramètres suivants :
      • -sms:Connection="<namespace>" où le namespace correspond au chemin vers le SMSProvider : \\<Nom du provider>\root\sms\site_<siteCode>
      • -sms:CollectionID="<CollectionID>" où l’identifiant de la collection correspond à la collection que vous ciblez pour exécuter les requêtes

    Exemple : CMPivot.exe -SMS:Connection="\\WT-CM-TP1\root\sms\site_TP1" -SMS:CollectionID="SMS00001"

                   Les utilisateurs doivent bien entendu avoir les permissions adéquates.

     

    Gestion des mises à jour logicielles

    • La gestion des mises à niveau de Windows 10 supporte maintenant les mises à jour dynamiques. Ceci permet d’automatiquement installer les packs de langues, les fonctionnalités à la demande, les drivers et les correctifs cumulatifs lors de l’exécution de la mise à niveau du système d’exploitation. Ceci adresse un des principaux points de faiblesse de la fonctionnalité Windows 10 Servicing pour passer d’une version de Windows 10 à l’autre. Vous pouvez activer l’option Enable Dynamic Update for Feature Updates dans les paramétrages du client afin de modifier le fichier setupconfig utilisé lors de l’installation de la mise à niveau pour spécifier l’usage des Dynamic Update.

    Cet ajout est automatique si vous cochez la case Add non-clustered indexes to the WSUS database au niveau des propriétés du Software Update Point pour chaque site. Ceci est fait automatiquement excepté si le serveur SQL est distant et n’utilise pas de port par défaut.

    Gestion d’Office 365

    • Le nouveau tableau de bord d’évaluation à la mise à niveau du client Office 365 ProPlus introduit dans la 1902 est étoffé. Vous pouvez le consulter en naviguant dans Software Library – Office 365 Client Management – Office 365 ProPlus Upgrade Readiness et permet d’obtenir des éléments sur :
      • L’évaluation des composants additionnels
      • Les déclarations de support des composants additionnels
      • Le TOP Des composants additionnels par version
      • Le nombre de périphériques qui ont des macros
      • L’évaluation des macros

    Déploiement de système d’exploitation

    • Il est maintenant possible de précharger dans le cache les packages de drivers ainsi que les images de système d’exploitation. Ceci s’ajoute aux packages de mise à jour de système d’exploitation afin de mieux contrôler l’usage de la bande passante. Vous devez donc spécifier l’architecture et la langue sur l’onglet Data Source de l’image de système d’exploitation. Pour les packages de drivers, vous devez spécifier le modèle dans l’onglet General. Cette valeur doit être celle spécifiée dans la valeur Name de la classe Win32_ComputerSystemProduct.
      Ensuite dans la séquence de tâches, vous pouvez spécifier les conditions sur les étapes Apply OS Image et Apply Drivers Package. Avec des requêtes WMI avec respectivement Select* from Win32_OperatingSystem where locale = ‘04c0’ and OSArchitecture = ’64-bit’ ou select * from Win32_ComputerSystemProduct where Name = "HP EliteBook 820 G4" par exemple. Il ne vous reste plus que de déployer la séquence de tâches avec l’option Pre-download content for this task sequence.
    • On retrouve deux nouvelles cmdlets PowerShell permettant d’éditer ou de créer l’étape Run Task Sequence : New-CMTSStepRunTaskSequence et Set-CMTSStepRunTaskSequence
    • Microsoft ajoute une nouvelle variable de séquence de tâches SMSTSRebootDelayNext qui doit être utilisée en conjonction avec SMSTSRebootDelay. Elle permet de spécifier un timeout différent pour les redémarrages qui suivent le premier redémarrage dont le timeout est défini par SMSTSRebootDelay.

     

    Plus d’informations sur : https://docs.microsoft.com/en-us/sccm/core/get-started/2019/technical-preview-1904

    • 3/5/2019

    [AIP] Nouvelle version (2.0.779.0) du client Unified Labeling d’Azure Information Protection

    Microsoft a publié une nouvelle version (v2.0.779.0) du client Unified Labeling d’Azure Information Protection. Ce correctif corrige un problème pour résoudre une condition rare où parfois les etiquettes/labels ne sont pas affichés dans Office ou l’explorateur de fichiers.

    Cette première version couvre les fonctionnalités standards et la classification automatique. Les fonctionnalités avancées sont attendues prochainement. Pour rappel, Azure Information Protection permet de classifier et labéliser la donnée au moment de la création en fonction de différentes catégories. L’administrateur peut ensuite appliquer des stratégies de protection embarquée dans la donnée en fonction de la classification appliquée. Ce service est issu du rachat de Secure Islands et vient englober Azure Rights Management (RMS).

    Vous trouverez la comparaison des fonctionnalités entre le client et le client Unified Labeling.

    Plus d’informations sur la version du client AIP Unified Labeling

    Télécharger Azure Information Protection unified labeling client