Jean-Sébastien DUCHENE Blog's

Actualité, Tips, Articles sur l'ensemble des Technologies Microsoft (SCCM/SMS, EMS, Microsoft Intune, Microsoft Azure, Windows 10, SCOM, MDOP...)

 

Une semaine palpitante vient de se terminer puisqu’avait lieu à Las Vegas le Microsoft Management Summit (MMS) 2010. Cette conférence a pour but de montrer, présenter et discuter des produits Microsoft dédiés à l’administration des ressources Informatique. On retrouve ainsi au cœur de cette conférence, les produits de la gamme System Center et notamment System Center Configuration Manager (SCCM). C’est au travers de cet événement qu’a été lancée la bêta de SCCM 2007 R3. Mais un évènement plus important se profile en 2011 puisque la prochaine version (vNext) de SCCM y est attendue. Cette conférence a eu le mérite d’apporter des informations supplémentaire sur SCCM Vnext (2011 ?). Microsoft a écouté ses clients pour fournir de nouvelles fonctionnalités à ce produit phare de la gamme System Center.

Aujourd’hui SCCM est « Device Centric » c’est-à-dire que les diverses tâches d’administration opérées ciblent les machines et non l’utilisateur. Ainsi la prochaine version sera « User Centric », le but est d’appliquer des tâches d’administration (déploiement d’applications, mises à jour …) en fonction de l’utilisateur et des machines qu’il peut utiliser. On le sait les besoins en entreprises ont changé, les utilisateurs sont mobiles. Ils peuvent utiliser plusieurs périphériques pour travailler (workstation, ordinateur portable, PDA …) dans des localisations géographiques différentes. Ainsi l’équipe SCCM compte revoir la notion de catalogue d’applications. Ce catalogue réunira des applications pré-approuvées par l’administrateur et installable par les utilisateurs en fonction des besoins métier. Un autre concept apporté par vNext sera la possibilité par l’utilisateur de définir comment et quand ils souhaitent installer les applications. L’idée est de dire que si un utilisateur ne souhaite pas se voir installer une application durant les heures de travail, il a la possibilité de configurer lui-même ce genre de chose. Concernant les administrateurs, la notion de « User Device Affinity » est introduite. Comme expliqué précédemment, les utilisateurs utilisent aujourd’hui plusieurs périphériques pour travailler. Ceci pose les problématiques : « Comment déterminer quelle machine est la machine principale de l’utilisateur » ou « Quel utilisateur est l’utilisateur principal de la machine ? ». Ceci permettra de mieux délivrer les applications aux utilisateurs. Il sera ainsi possible de créer des règles de déploiement comme : « N’installer cette application pour un utilisateur que si c’est sa machine principale. » Le but est aussi d’éviter d’installer les applications sur toutes les machines auxquelles un utilisateur peut se connecter lors de ses déplacements. Toujours côté Administrateurs, la notion de packages est supprimée pour être remplacée par celle d’« Application ». Les applications disposent d’une signature qui est utilisée par une « méthode de détection » (détection method) permettant de déterminer si l’application est présente sur le système. Ceci s’apparente au système Windows Update permettant la détection des mises à jour. Le but est simple : Ne pas installer une application si elle est déjà présente. Si une application requise pour un utilisateur est désinstallée, elle sera réinstallée automatiquement.  

Pour résumer, on retiendra :

·         Le passage au système « User Centric ». L’attribution des applications pour déploiement est faite en fonction de l’utilisateur. Les applications suivent donc l’utilisateur sur les différentes machines où il se connecte.

·         Workflow d’administration unifié pour les systèmes serveurs, postes de travail et mobiles.

·         Les packages disparaissent et sont remplacés par la notion d’application.

·         La notion de User Device Affinity apparaît pour permettre de déterminer ou assigner une machine comme périphérique principal de l’utilisateur.

·         Le déploiement d’application utilisera des Detection rules ou « Règles de détection ». Il sera donc possible de déployer en installant une application ou mettant à disposition une application App-V streamée en fonction de ces règles. Si par exemple le poste client est sur un site distant, vous pouvez lui installer l’application, si le poste est sur le site central vous pouvez choisir de lui streamer l’application. Ainsi les critères suivants pourront être utilisés pour déterminer les conditions du déploiement : La connexion réseau, les prérequis systèmes, les dépendances applicatives …

·         Le site central n’existe plus et est remplacé par un serveur CAS pour Client Administrative Server (CAS).

·         Le reporting est remplacé par la fonctionnalité Reporting Services au travers de SQL Server Reporting Services.

·         La gestion des périphériques mobiles est améliorée en donnant la possibilité d’appliquer des paramètres de sécurité ou en monitorant la conformité.

·         La gestion des configurations désirées permettra de faire de l’auto remédiation en appliquant des modifications sur les systèmes cibles pour les rendre conforme aux politiques définies.

·         On apprend le support de l’administration des périphériques mobiles Nokia Symbian

·         Les points de distribution disposeront de senders

·         Les sites secondaires seront créés par défaut avec un Management Point et un point de distribution.

·         Les sites secondaires disposeront d’une base de données SQL.

·         La notion de réplication de fichiers au travers des mailbox de SCCM 2007 disparait pour laisser placer à une réplication SQL.

·         Enfin et il en est pas des moindres, SCCM vNext sera en 64 bits pour offrir les meilleurs performances possibles.

 

Stay Tuned :)


Facebook Like
Anonymous