Yannick Plavonil's blog

Actualités et guides sur les outils de déploiement Microsoft
  • Combiner les fichiers VMDK 2GB en un seul fichier VMDK

    À la création d'une machine virtuelle, VMware propose de diviser le disque virtuel en plusieurs fichiers de 2GB. Cette option est intéressante si on souhaite déplacer ou copier cette VM sur un disque externe qui ne supporte pas les fichiers volumineux. Mais il y a une baisse de performances.

    vdisk3

    Si vous voulez combiner les fichiers en un, il y a un outil vmware-vdiskmanager.exe qui peut faire cela avec la commande suivante:

    vmware-vdiskmanager.exe –r fichierNo1.vmdk –t 0 fichierfinal.vmdk

    vdisk2

    voir la commande

    vdisk1

    • 29/9/2010
  • Windows 7 Optimisations SSD

    Windows 7 a été réalisé avec des réglages optimisés pour les SSD (Solid State Disks). Quand Windows 7 détecte que votre disque est un SSD, voici ce qu’il fera:

    Optimisations

    Désactiver la défragmentation
    La fragmentation survient au fil du temps lorsque vous enregistrez, modifiez ou supprimez des fichiers. Les modifications que vous enregistrez sur un fichier sont souvent stockées à un autre emplacement sur le volume que celui du fichier initial. Cela ne change pas l'emplacement où le fichier apparaît dans Windows, mais juste le lieu d'enregistrement des octets d'information qui forment le fichier, sur le volume en question. Au fil du temps, le fichier et le volume lui-même deviennent tous les deux fragmentés, et votre ordinateur ralentit, car la tête de lecture du disque doit regarder à plusieurs endroits pour ouvrir un seul fichier. Les SSD se fragmentent également, mais dans un SSD ce n'est pas un problème, car il n'y a pas de tête de lecture. Donc il n’y a pas vraiment de perte de temps par conséquent, la défragmentation est désactivée par défaut sur un SSD.

    Désactiver Superfetch
    SuperFetch est une technologie Microsoft, qui met en cache les programmes les plus utilisés et d'autres fichiers en mémoire. Par conséquent, le système d'exploitation peut accéder à ces fichiers plus rapidement, car il n'a pas à attendre la lecture / écriture du disque dur pour récupérer le fichier. Vu que les SSD sont beaucoup plus rapides que les disques durs pour les lectures aléatoires, SuperFetch prend donc de la mémoire inutilement. C’est pourquoi il est désactivé.

    Désactiver ReadyBoost
    ReadyBoost peut accélérer les performances de votre ordinateur en utilisant l’espace de stockage sur la plupart des lecteurs flash USB et des cartes mémoire flash. Mais là encore, le SSD est plus rapide, alors Windows prend l’espace sur le disque SSD et non sur les clés USB.

    Activer TRIM
    TRIM est une commande qui permet à un système d’exploitation de dire à un disque en mémoire flash (SSD) quels blocs de données  ne sont plus utilisés comme ceux qui sont laissés par les fichiers effacés. TRIM permet au système d’exploitation de passer cette information jusqu’au contrôleur du SSD, qui sinon serait incapable de savoir s’il peut écraser ces blocs sans problème. Le but de cette instruction est de maintenir la vitesse du SSD tout au long de sa vie, évitant le ralentissement que les premiers modèles rencontraient une fois que toutes les cellules étaient écrites au moins une fois.

    Windows 7 détermine si votre disque est un SSD en fonction de la vitesse pour la lecture aléatoire. Quand cette vitesse dépasse 8 Mb/s, Windows assume que c’est un SSD. Ce processus est décrit dans l’article Support et Q&A pour Solid-State Drives.

    Comment bénéficier de ces optimisations ?

    Lorsque vous effectuez une nouvelle installation de Windows 7, les optimisations SSD sont appliquées par défaut et dès le début. Vous n'aurez pas besoin d'installer et d'utiliser des outils supplémentaires pour peaufiner les réglages (des outils comme Intel SSD Toolbox and Optimizer).

    AHCI! Sur certaines machines, vous aurez besoin d'ajuster les paramètres du contrôleur standard IDE à AHCI, pour que Windows 7 détecte correctement le SSD.

    Quand vous remplacez votre disque HDD pour un SSD, il est préférable de réinstaller Windows 7. Et avant cela, mettre le BIOS à jour, paramétrer votre BIOS pour passer de IDE à AHCI, mettre aussi à jour le firmware du SSD.

    Si vous ne voulez pas réinstaller voici ce qu’il faut faire manuellement:
    1. Désactiver la défragmentation
    2. Désactiver Superfetch et ReadyBoost
    3. Désactiver le Prefetching HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Session Manager\Memory Management\PrefetchParameters et mettre la clé EnablePrefetcher à 0.
    4. Activer le TRIM avec la commande fsutil behavior set DisableDeleteNotify 0

    En plus de cela, voir l’article:
    Améliorer les performances de Windows 7

    • 27/9/2010
  • Fonctionnalité F11 “Server Selection” dans WDS (Windows Deployment Services) – Non documenté

    Vous pouvez avoir plusieurs serveurs WDS dans le même réseau ou vlan. Cependant, Microsoft informe que vous n’aurez pas la possibilité de choisir sur quel serveur WDS se connecter. Quand vous démarrez sur le PXE, la machine va se connecter sur le premier serveur WDS à répondre. Ceci est l’information officielle.

    Cependant, il y a une fonctionnalité “Server Selection” Windows Deployment Services dans Windows Server 2008 R2. Elle n’est pas référencée sur Technet et sur aucun guides Microsoft.

    Pour l’activer, simplement aller sur HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\WDSServer\Providers\WDSPXE\Providers\BINLSVC et mettre la clé AllowServerSelection à 1.

    Après avoir redémarré le service WDSServer, vous aurez l’option Server Selection en appuyant sur F11 et le client PXE va découvrir ainsi tout les serveurs PXE qui ont cette clé de registre à 1.

    f11a

    fenêtre initiale du boot PXE

    f11b

    découverte PXE/WDS

    f11c

    • 27/9/2010
  • Résoudre les problèmes de performance WDS Multicast

    Si le multicast est très lent, vous pouvez vérifier les 2 paramètres suivant pour voir ce qui impacte les performances.

    1. Le profil réseau sur l’onglet “Network Settings” dans les propriétés du serveur WDS. Toutefois, cela concerne la partie physique (câblage, swtich, routeur..)

    2. La machine la plus lente. Lorsque vous faites un déploiement multicast avec plusieurs machines de configurations différentes alors la vitesse sera adaptée par rapport à la moins puissante. Vous pouvez suivre le lien suivant pour plus de détails.

    http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc754137(WS.10).aspx

    Si ces méthodes n’améliorent pas les performances, et si vous pensez que la vitesse est vraiment très lente, alors vous pouvez tester plusieurs machines et comparer les performances avec les résultats décrits dans la section "Performance and Scalability Expectations" qui figure dans l'article suivant:

    Optimisation des performances:

    http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc732088(WS.10).aspx

    Attention, car ces résultats peuvent varier à la fois selon la configuration matérielle des machines et des paramètres. (machine et serveur).

    Voici un autre article pour référence:

    Analyse des problèmes de performance:

    http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc772277(WS.10).aspx

    • 27/9/2010
  • Activer le déploiement Multicast pour MDT 2010

    Pour ceux qui font des déploiements en masse, il est profitable d’activer le multicast sur votre serveur.

    Le déploiement LTI multicast utilisant Windows Deployment Services permet à plusieurs ordinateurs de recevoir une copie de l’image, ce qui réduit considérablement le trafic réseau requis lorsqu’on installe la même image Windows 7 ou autre sur plusieurs ordinateurs. Par défaut, le multicast est désactivé dans MDT 2010.

    Pour LTI, Deployment Workbench crée le “namespace” multicast pour le dossier de distribution (Deployment Share). Les images sont transférées aux ordinateurs depuis ce dossier de distribution en utilisant le multicast, et non à partir d’un dossier WDS.

    Pour l’activer, aller dans les propriétés de votre “Deployment Share” et cocher la case “Enable multicast for this deployment share”. Puis il faut mettre à jour le “deployment share”.

    multicast

    Vous pouvez constater sur votre console WDS le namespace pour votre deployment share. La transmission est en mode Auto-Cast.

    wdscast

    voir le log LTIApply_wdsmcast.log pour valider que la transmission multicast fonctionne.

    Considérations:
    http://technet.microsoft.com/en-us/library/dd637994%28WS.10%29.aspx
    http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc161854.aspx

    • 23/9/2010
  • FAQ sur les clés Volume Licence

    Vous êtes nombreux à poser des questions au sujet des licences. Voici un résumé que je viens de réaliser et j’espère qu’il vous sera utile.

    Qu'est-ce que l’activation ?
    L'activation d’un produit est une validation avec Microsoft afin de confirmer que le logiciel est authentique et que sa clé de produit n'est pas compromise. Les types d'activation sont “Retail”, “VL” et “OEM”, et la plupart exigent des mesures interactives telles que la saisie d'une clé de produit de l'emballage ou en communiquant avec un serveur en réseau ou un centre de service téléphonique.

    Qu'est-ce qu’une clé d’installation
    Les clés d'installation sont utilisées pour déverrouiller le produit et parfois contourner l'activation.
    Il existe quatre façons d'obtenir des clés d'installation:

    • Achat en magasin. Pour les produits acquis physiquement dans un magasin, la clé d'installation est imprimée sur le DVD, pochette.
    • Par téléchargement. Pour les produits acquis par téléchargement, la clé d'installation est fournie avec le téléchargement.
    • À partir du site Microsoft Volume Licensing Service Center (VLSC), la clé d'installation est fournie sur l'écran de téléchargement et peut être accompagnée par le texte suivant: “Certains produits disponibles en téléchargement nécessitent des clés d'installation. S'il vous plaît, prendre note de cette clé d'installation, car il sera nécessaire lors de l'installation du produit.”
    • Vous pouvez appeler le Centre d'appels d'activation afin d'obtenir les clés d’installation dont vous avez besoin. Lorsque vous appelez, il vous sera demandé de fournir des informations sur votre accord VL et la preuve d'achat.

    Comment Microsoft détermine les clés associées à votre souscription ?
    Les clés “Volume Licence” sont fournies pour chaque ID listé dans votre accord de relation avec Microsoft sur le site VLSC.

    • Pour les accords “Select Plus, Select Licence, Entreprise Agreement (EA)”, les clients reçoivent les clés par catégorie de produits (systèmes, serveurs, applications).
    • Pour ceux qui sont “Open License” et “Open Value”, les clients reçoivent les clés applicables en fonction de leur achat de la licence.

    Tous les clients ont le droit d'utiliser leurs clés pour faire leurs propres images de postes de travail. Les clients EA, Select Licence, Select Plus ont également à disposition les logiciels d’essais qui leur servent à la formation.

    Qu’est-ce que Volume Activation (VA) ?
    Volume Activation est une technologie d'activation qui a été introduite avec Windows Vista et Windows Server 2008. Il est conçu pour permettre aux clients volume licence d’automatiser le processus d'activation d'une manière qui soit transparente pour les utilisateurs. Volume Activation s'applique aux systèmes qui sont couverts par un programme Volume Licence et est utilisé uniquement comme un outil d’activation.

    Comme il est important de planifier et de gérer le déploiement de tout produit utilisant de l'activation de volume, voici par exemple la documentation et des vidéos pour vous assister:

    Il y a deux méthodes pour effectuer l’activation:

    1. Key Management Service (KMS) - KMS permet aux entreprises d'activer les systèmes au sein de leur propre réseau.
    2. Multiple Activation Key (MAK) - MAK active les systèmes en passant par internet sur les serveurs d’activation Microsoft.

    Qu’est-ce que KMS et comment ça fonctionne ?
    KMS est un service qui ne nécessite pas un système dédié et s’installe facilement sur un serveur. Avec KMS, vous pouvez effectuer l’activation dans votre propre réseau local, ce qui élimine le besoin de se connecter à internet pour activer vos clients Windows.

    Une clé d’hôte KMS n'est utilisée que pour activer l'hôte KMS avec un serveur d'activation Microsoft. Une clé d'hôte KMS peut activer six hôtes KMS avec 10 activations par hôte. Chaque hôte peut activer un nombre illimité d'ordinateurs. Si vous avez une machine existante configurée comme hôte KMS Windows, vous aurez besoin d'entrer et activer la clé hôte KMS Office 2010 avant que le serveur KMS puisse activer Office 2010, Project 2010 et Visio 2010. Si vous avez besoin d'activations KMS supplémentaires afin de pouvoir activer plus de 6 hôtes KMS, recherchez le numéro de téléphone de votre Centre d'activation Microsoft pour activer votre hôte KMS.

    KMS nécessite un nombre minimal (seuil) d'ordinateurs qu’ils soient physiques ou virtuels dans un environnement. Pour les ordinateurs exécutant:

    • Windows Server 2008 et Windows Server 2008 R2, vous devez avoir au moins 5 ordinateurs à l'activer.
    • Windows Vista ou Windows 7, vous devez avoir au moins 25 ordinateurs à activer. Ces seuils peuvent être un mélange de machines serveur et client pour atteindre ce nombre.

    Pour Office 2010, Project 2010 et Visio 2010, vous devez avoir au moins 5 ordinateurs à activer. Si vous avez déployé Microsoft Office 2010, y compris Project 2010 et Visio 2010, vous devez avoir au moins 5 ordinateurs exécutant Office 2010, Project 2010 ou Visio 2010.

    Voici quelques références pour vous assister (documents en anglais):

    Seulement Windows Server 2003, Windows 7, et Windows Server 2008 R2 sont supportés comme hôte KMS Office.

    Qu’est-ce qu’une clé à activation multiple (MAK)
    Une Multiple Activation Key (MAK) nécessite de se connecter une fois à un serveur d'activation de Microsoft. Une fois que les ordinateurs sont activés, aucune autre communication avec Microsoft n’est requise. Il existe deux méthodes d'activation pour MAK:

    Chaque MAK a un nombre prédéterminé d'activations autorisées sur la base de votre accord volume licence. Pour augmenter votre limite d'activation MAK, il vous faut contacter votre Centre d'activation Microsoft.

    Puis-je utiliser à la fois MAK et KMS pour activer les systèmes de mon organisation ? 
    Oui. En tant que client volume licences, vous pouvez utiliser un hôte KMS et à la fois les clés MAK pour activer votre ordinateur, en fonction des besoins de votre environnement.

    Comment savoir quelle clé doit être utilisée pour Windows ou pour Office ?
    Pour les produits Windows, lire les détails sur Volume Activation ou suivre les vidéos suivantes:

    Pour Office 2010, Visio 2010 et Project 2010, voir la vidéo Volume Activation pour Office 2010

    Office 2010, Ai-je besoin d’un serveur KMS dédié pour Office 2010 ?
    Non, vous n'avez pas besoin d'un serveur dédié, un hôte KMS est un service léger, et vous pouvez utiliser le même hôte KMS que pour les clients Windows. Toutefois, seules les versions Windows Server 2003, Windows 7, et Windows Server 2008 R2 sont supportés en tant qu’hôte KMS Office.

    Office 2010, Y a-t-il des clés différentes pour les versions x86 (32-bit) et x64 (64-bit) d’Office 2010 ?
    La clé d’installation pour Office 2010 fonctionnera à la fois sur les architectures x86 (32-bit) et x64 (64 bits) versions. Microsoft recommande la version 32-bit d’Office 2010 pour les systèmes d’exploitation 32-bit et 64-bit pour une meilleure compatibilité. Office 64-bit est optimisé pour les scénarios avancés dont la plupart des utilisateurs n'ont pas besoin. Aussi les plug-ins 32 bits ne sont pas pris en charge sur Office 64-Bit.

    Si je suis partenaire HVMS ou ISVR, où puis-je récupérer mes clés ?
    Si vous êtes un client utilisant le programme ISV Royalty ou HVMS, les clés ne sont pas disponibles sur le site VLSC; vous devez les réclamer en appelant votre Centre d'activation Microsoft.

    J'ai l'intention de déployer Windows 7 et Office 2010 et utiliser la méthode d'activation KMS. Quelles versions de Windows Server puis-je utiliser pour configurer un hôte KMS ?
    Si vous envisagez de déployer Windows 7 et Office 2010 en utilisant KMS comme méthode d'activation, prendre en compte ceci:

    Windows Server 2008 n'est pas pris en charge comme hôte KMS pour activer Windows 7 et Office 2010

    • Un correctif est disponible pour permettre l'activation de machines Windows 7
    • Aucun correctif n'est disponible pour permettre l'activation de Microsoft Office 2010 clients

    Si vous utilisez Windows Server 2008 comme un hôte KMS, voici vos options:

    • Mettre à niveau vote hôte KMS vers Windows Server 2008 R2.
    • Passer la machine vers Windows Server 2003
    • Exécutez l'hôte KMS sur un ordinateur Windows 7
    • Exécuter une machine virtuelle Windows Server 2003 sur un serveur Windows Server 2008

    Si vous avez moins de 50 ordinateurs, la meilleure option est d'utiliser plusieurs clés d'activation MAK avec l’outil Volume Activation Management Tool (VAMT).

    Quelle méthode d'activation dois-je utiliser pour les machines virtuelles ?
    KMS est préféré (bien que ce KMS ou MAK peuvent être utilisés), car chaque fois qu'un ordinateur est activé via une clé MAK, une activation est décrémentée. Cela s'applique à la fois aux machines physiques et virtuelles.

    J'ai acheté de nouveaux ordinateurs préinstallés avec Windows 7 Professionnel et planifie de passer vers une version antérieure de Windows. Quelles clés puis-je utiliser ?
    Vous pouvez utiliser une des méthodes suivantes:

    • Un hôte KMS activé avec une clé KMS Windows 7 activera les clients KMS Windows Vista et Windows 7.
    • Un hôte KMS activé avec une clé KMS Windows Vista activera les clients KMS Windows Vista.
    • Une clé MAK pour Windows Vista.

    Si vous souhaitez revenir à Windows XP, vous devez utiliser la clé de Windows XP Professionnel uniquement.

    Que se passe-t-il si nous n'activons pas nos machines ?
    Le mode “Volume Activation” a été conçu pour offrir une activation transparente aux utilisateurs. Si l'activation ne se fait pas dans le délai de grâce prévu (normalement 30 jours), les ordinateurs passent dans un mode connu comme «mode de notification." Dans le mode de notification, l'utilisateur verra des rappels activation lors de la connexion, ainsi que des notifications dans le Centre d'action.

    Mon organisation envisage d'utiliser des clés MAK pour activer la plupart de nos ordinateurs, mais la limite d’activations MAK ne correspond pas au nombre de nos licences achetées. Pourquoi cette différence et comment puis-je demander des activations supplémentaires?
    Pour augmenter votre limite d'activation MAK, il vous faut contacter votre Centre d'activation Microsoft.

    Pourquoi le nombre d’activations MAK ne correspond pas au nombre de licences: Parce qu’il y a plusieurs avantages à utiliser KMS comme d'activation préférée. KMS étant la principale méthode d'activation est l'une des raisons pour lesquelles Microsoft ne fait pas correspondre la quantité de licences au nombre d’activations, sachant aussi qu’il se peut que les clés MAK ne soient pas utilisées. Microsoft prend en compte de nombreux facteurs pour déterminer le nombre d'activations associées à chaque MAK, y compris les licences achetées, et le niveau associé au programme Volume Licence.

    Pour les clients “Open Licence”, Microsort regarde la quantité de licences qu'ils ont et le plus souvent leur donnent plus de ce qui est nécessaire pour assurer les activations (à cause des scénarios tels que des réactivations, ou utilisations de machines virtuelles). Par exemple, si un client achète entre 1 à 25 licences, ils peuvent obtenir 50 activations sur leur MAK.

    Puis-je utiliser mes clés Volume Licence pour faire mes propres images (Reimaging Rights) ?
    Oui. Les permissions sont accordées à tous les clients Volume Licence. En vertu de ces droits, les clients peuvent faire leur propre image à partir de leurs équipements OEM achetés ou FPP (Full Packaged Product) avec les sources d’installation qui sont autorisés dans leur contrat volume licence. (tant que les copies faites avec les VL sont identiques à celles d’origine, Windows 7 Pro OEM pour Windows 7 pro VL).

    Pour plus d'informations, voir le document (anglais) : Volume Licensing Brief about reimaging

    Je veux faire une image Windows 7 Professionnel et utiliser une MAK au lieu de KMS. Que faire si je n'ai pas assez d'activations associées à la MAK ?
    Une fois que vous avez vérifié combien d'activations sont associées à la MAK Windows 7 (vous pouvez le faire en allant à la page produit, ou en utilisant l’outil Volume Activation Management Outil, qui fait partie de Windows Automated Installation Kit pour Windows 7). Si vous avez besoin de plus d'activations, vous pouvez appeler le Centre d’appel d'activation

    • 21/9/2010
  • Résolution de problèmes WDS (Windows Deployment Services) – Partie 2

    Pour être capable de résoudre les problèmes liés à Windows Deployment Services, il est essentiel de comprendre d’abord l’ensemble de l’architecture WDS, vu qu’on a la possibilité d’activer la journalisation d’évènement sur chacun des composants. C’est ce qu’on a vu dans l’article précédent.

    Cette deuxième partie consiste à creuser un peu plus dans les composants et leurs options de débogage.

    Contrôler votre configuration WDS

    Pour avoir un apercu rapide de votre configuration, tapez la commande suivante:
    wdsutil /get-server /show:config

    Pour plus d’info, voir l’article précédent.

    Examiner les Eventlogs WDS

    Pour mon problème de multicast, je conseille d’activer les logs d’évènement pour WDS:

    1. Ouvrir la console “Server Manager”
    2. Sélectionner Diagnostics > Event Viewer > Application and Services Logs
    3. Étendre Microsoft > Windows > Deployment-Service-Diagnostics
    4. Clic droit sur “Admin” et activer
    5. Clic droit sur “Operational” et activer

    Donc maintenant, il faut reproduire le probleme avec le multicast et examiner les logs.

    depanwds1

    Examiner les logs WDS

    WDS Serveur - %windir%\Tracing\wdsserver.log – avec REG_DWORD EnableFileTracing = 1
    WDS Mgmt - %windir%\Tracing\wdsmgmt.log
    WDS MMC composant logiciel enfichable - %windir%\Tracing\wdsmmc.log
    WDS Client - X:\Windows\Panther, $Windows.~BT\Sources\Panther, %systemdrive%\Windows\Panther
    MDT 2010 - LTIApply_wdsmcast.log

    depanwds2

    Plus d’info:

    KB936625 – Comment activer les logs Windows Deployment Services (WDS) dans Windows Server 2003 / Windows Server 2008 (R2).

    TechNet TechCenter – Résoudre les problemes de performance WDS

    • 20/9/2010
  • Résolution de problèmes WDS (Windows Deployment Services) – Partie 1

    Il n’y à pas ci longtemps, j’ai fait face à un problème de lenteur avec le multicast WDS…
    Pour être capable de résoudre les problèmes liés à Windows Deployment Services, il est essentiel de comprendre d’abord l’ensemble de l’architecture WDS, vu qu’on a la possibilité d’activer la journalisation d’évènement sur chacun des composants.

    Comprendre l’architecture WDS

    wdsarchitecture

    WDS Server Service
    Le service WDSServer est le service principal côté serveur pour Windows Deployment Services. Il fournit des fonctions comme la gestion mémoire, organise des queues de taches (thread), lie les cartes réseaux pour supporter les sous composants (providers). Les providers sont en fait les fonctionnalités associées au service WDSServer. Ils sont les suivants:

    • PXE Provider
    • PXE Server
    • Image Server
    • Mulitcast Server
    • TFTP Server

    WDS PXE Server
    Le PXE (Pre-Boot Execution Environment) est utilisé par Windows Deployment Service pour permettre le démarrage depuis le réseau. La technologie PXE est une norme créée par Intel qui consiste en fait à un ensemble de service d’amorçage intégré au firmware de la carte. L’objectif est de permettre à un client d’effectuer un démarrage réseau et d’obtenir le programme de boot à partir d’un serveur PXE.

    Le boot par PXE s'effectue en plusieurs étapes :

    1. Recherche d'une adresse IP sur un serveur DHCP/BOOTP et du fichier de boot à utiliser.
    2. Téléchargement du fichier de boot depuis un serveur TFTP.
    3. Exécution du fichier de boot.

    WDS PXE Provider
    Le “PXE Provider” pour Windows Deployment Services fournit des services de démarrage à travers le réseau. Il est associé au service WDSServer de WDS et invoque un “appel de procédure distante” (RPC).

    WDS Image Server
    Bien qu'il maintienne les images d’installation et de boot, “Image Server” est un module utilisé par le client WDS lors de la communication avec le serveur.  Le serveur invoque un “appel de procédure distante” (RPC) pour la communication entre le client et le serveur.

    WDS Multicast Server
    Le serveur Multicast (multidiffusion) déploie une image à un grand nombre d’ordinateurs en même temps sans saturer le réseau. Lorsque vous démarrez une transmission multicast pour une image, les données sont envoyées à travers le réseau qu’une seule fois. Ce qui permet de considérablement réduire la bande passante utilisée.

    WDS Multicast Content Provider
    Le serveur Multicast utilise un “content provider” (appelons-le: fournisseur de contenu) pour transmettre les données du serveur vers le client. Le “content provider” peut transférer n'importe quels fichiers par une transmission multicast.

    WDS TFTP Server
    Vous utilisez le serveur WDS TFTP (Trivial File Transfer Protocol) pour télécharger les fichiers nécessaires pour démarrer depuis le réseau en utilisant le PXE. Le serveur TFTP télécharge les fichiers de boot tels que pxeboot.com, wdsnbp.com. bootmgr, default.bcd, ainsi que l’image qui contient l’environnement Windows PE (WinPE).

    • 20/9/2010
  • “Message from Administrator” dans WDS (Windows Deployment Services)

    En utilisant Windows Deployment Services, vous avez probablement remarqué “Message from Administrator” au démarrage PXE lorsque vous exigez l’approbation des ordinateurs.

    messwds

    Comment mettre un message pour l’administrateur?

    Sur le serveur WDS dans une fenetre CMD, tapez la commande suivante:

    WDSUtil /set-server /AutoAddPolicy /Message:"Contacter le support technique au 01234567890“

    • 19/9/2010
  • Contrôler votre configuration WDS (Windows Deployment Services)

    Pour avoir un apercu rapide de votre configuration WDS, utilisez la commande WDS suivante:

    wdsutil /get-server /show:config [/server:serverdistant]

    wdsconfig

    Pour avoir un apercu détaillé de votre configuration WDS, utilisez la commande suivante:

    wdsutil /get-server /show:all /detailed

    Voici un apercu d’une configuration

    C:\Users\administrator.RDG>wdsutil /get-server /show:config

    Windows Deployment Services Management Utility [Version 6.1.7600.16385]
    Copyright (C) Microsoft Corporation. All rights reserved.


    SETUP INFORMATION FOR SERVER
    [-----------------------------------------------------------------------------]


    Server State:
         OS version: 6.1
         WDS operational mode: Native

    Installation State:
         RemoteInstall location: D:\RemoteInstall
         RemoteInstall share up-to-date: Yes
         Boot files installed:
             x86  - Yes
             x64  - Yes
             ia64 - No


    [-----------------------------------------------------------------------------]


    CONFIGURATION INFORMATION FOR SERVER
    [-----------------------------------------------------------------------------]


    Server Authorization:
         Authorization state: Authorized

    Answer Policy:
         Answer clients: Yes
         Answer only known clients: No
         Response delay: 0 seconds

    Active Directory Use Policy:
         Preferred DC:
         Preferred GC:
         Prestage devices using MAC: No
         New computer naming policy: %61Username%#
         Domain search order: Global Catalog Only
         New computers join domain: Yes

    New Computer OU:
         OU type: Server Domain
         OU: CN=Computers,DC=rdg,DC=com

    DHCP Configuration:
         DHCP service status: Running
         DHCP option 60 configured: Yes

    PXE Bind Policy:
         Use DHCP ports: No
         Rogue detection: Disabled
         RPC port: 5040

    Interface Bind Policy:
         Policy: Exclude Registered
         Registered interfaces:

    Boot Program Policy:
         Known client PXE prompt policy: NoPrompt
         New client PXE prompt policy: NoPrompt
         Allow N12 for new clients: <Not Applicable>
         Architecture discovery: Enabled
         Reset boot program: No
         Default boot programs:
             x86  - boot\x86\pxeboot.com
             x64  - boot\x64\pxeboot.com
             ia64 - boot\ia64\bootmgfw.efi
         Default N12 boot programs:
             x86  - boot\x86\pxeboot.n12
             x64  - boot\x64\pxeboot.n12
             ia64 - boot\ia64\bootmgfw.efi

    Banned GUIDs list:

    Boot Image Policy:
         Default image type for x64 clients: Both
         Default boot images:
             x86  - Boot\x86\images\LiteTouchPE_x86.wim
             x64  -
             ia64 -

    WDS Client Policy:
         Logging policy:
             Enabled: No
             Logging level: Info

         Unattend policy:
             Enabled: No
             Command-line precedence: No
             WDS unattend files:
                 x86  -
                 x64  -
                 ia64 -

    OSChooser Policy:
         Menu name:

    Server Automatic Refresh Policy:
         Refresh period: 900 seconds

    BCD Refresh Policy:
         Enabled: No
         Refresh period: 60 minutes

    Auto-Add Policy:
         Policy: Disabled
         Poll interval: 10 seconds
         Max retry count: 2160 times
         Message to pending clients:
         Retention period:
             Approved devices: 30 days
             Other devices: 1 days
         Defaults for x86:
             Referral server:
             Boot program path:
             WDS client unattend file path:
             Boot image path:
             User: Domain Admins
             Join rights: Full
             Join domain: Yes
         Defaults for x64:
             Referral server:
             Boot program path:
             WDS client unattend file path:
             Boot image path:
             User: Domain Admins
             Join rights: Full
             Join domain: Yes
         Defaults for ia64:
             Referral server:
             Boot program path:
             WDS client unattend file path:
             Boot image path:
             User: Domain Admins
             Join rights: Full
             Join domain: Yes

    WDS PXE Providers:
         Name: BINLSVC
         Path: C:\Windows\system32\binlsvc.dll
         Order: 1
         Critical: Yes

    WDS Transport Server Policy:
         IPv4 source: Range
             Start address: 239.0.0.1
             End address: 239.0.0.254
         IPv6 source: Range
             Start address: FF15::1
             End address: FF15::FF
         Start port: 64001
         End port: 65000
         Network profile: <Not Applicable>
         Multicast session policy:
             Slow client handling policy: None
             AutoDisconnect threshold: 256 KBps
             Multistream stream count: 2
             Slow client fallback: Yes


    [-----------------------------------------------------------------------------]

    The command completed successfully.

    • 18/9/2010
  • Automatiquement mettre à jour les images de boot MDT 2010 dans WDS avec PowerShell

    J’ai précédemment expliqué comment remplacer les images de boot en utilisant un vbscript. Mais une fonctionnalité intéressante avec MDT 2010 est que tout ce qu’on fait en mode interface est exécuté avec une commande PowerShell. Cela apporte une opportunité pour quelqu’un moi qui aime le scripting d’automatiser pas mal de tâches.

    Pour le script, j’utilise la commande PowerShell Update-MDTDeploymentShare avec wdsutil qui permet de gérer le serveur WDS.

    Le script exécute les opérations suivantes:

    • Met à jour le “Deployment Share” et génère les images WIM
    • Supprime les images de boot dans WDS
    • Importe les nouvelles images de boot dans WDS
    • Configure l’image de boot approprié en fonction de l’architecture x64 ou x86

    psboot

    Voici pour le script:

    Add-PSSnapIn Microsoft.BDD.PSSnapIn
    New-PSDrive -Name "DS001" -PSProvider MDTProvider -Root "D:\MDTBuildProd"
    Update-MDTDeploymentShare -path "DS001:" -Force –Verbose
    wdsutil /Remove-Image /Image:"MDT Build Prod (x86)" /ImageType:Boot /Architecture:x86
    wdsutil /Remove-Image /Image:"MDT Build Prod (x64)" /ImageType:Boot /Architecture:x64
    wdsutil /Verbose /Progress /Add-Image /ImageFile:D:\MDTBuildProd\Boot\LiteTouchPE_x86.wim /ImageType:Boot
    wdsutil /Verbose /Progress /Add-Image /ImageFile:D:\MDTBuildProd\Boot\LiteTouchPE_x64.wim /ImageType:Boot
    wdsutil /Verbose /Set-Server /BootImage:Boot\x86\images\LiteTouchPE_x86.wim /Architecture:x86
    wdsutil /Verbose /Set-Server /BootImage:Boot\x64\images\LiteTouchPE_x64.wim /Architecture:x64

    Voilà!

    • 18/9/2010
  • Automatiquement mettre à jour les images de boot MDT 2010 dans WDS

    Ces jours-ci, j’ai été bien occupé à simplifier les tâches d’administration d’un serveur de déploiement utilisant MDT 2010 et WDS. Le but était de fournir une solution la plus simple possible.

    Normalement, certains changements apportés dans Deployment Workbench nécessitent de mettre à jour les images de boot dans WDS. J’ai fait quelques recherches là-dessus et je suis tombé sur l’article de  Michael Niehaus. Je vais alors expliquer sa démarche. Mais par la suite je vais écrire un article expliquant ma procédure utilisée simplement avec un script PowerShell.

    Vous êtes déjà sans doute familier aux opérations suivantes si vous utilisez WDS pour vos images de boot:

    • Importer de nouveaux drivers ou modifier le fichier bootstrap.ini
    • Mise à jour du “Deployment Share” pour générer les images WIM
    • Importer les images WIM dans WDS

    Heureusement, avec le nouveau processus de mise à jour dans MDT 2010, il est simple d’ajouter un script pour effectuer l’opération.

    1. Creer un script “UpdateExit.vbs” et le sauvegarder dans le dossier C:\Scripts\ (choisir votre dossier). Puis coller le code suivant dans le fichier UpdateExit.vbs à l’aide notepad.

    Option Explicit

    Dim oShell, oEnv

    Set oShell = CreateObject("WScript.Shell")
    Set oEnv = oShell.Environment("PROCESS")

    If oEnv("STAGE") = "ISO" then

        Dim sCmd, rc

        sCmd = "WDSUTIL /Replace-Image /Image:""Lite Touch Windows PE (" & oEnv("PLATFORM") & ")"" /ImageType:Boot /Architecture:" & oEnv("PLATFORM") & " /ReplacementImage /ImageFile:""" & oEnv("CONTENT") & "\Sources\Boot.wim"""
        WScript.Echo "About to run command: " & sCmd

        rc = oShell.Run(sCmd, 0, true)
        WScript.Echo "WDSUTIL rc = " & CStr(rc)

        WScript.Quit 1

    End if

    2. Maintenant, éditer le fichier “C:\Program Files\Microsoft Deployment Toolkit\Templates\LiteTouchPE.xml” et changez la partie suivante (environ ligne 90):

    <!– Exits –>
    <Exits>
      <Exit>cscript.exe "%INSTALLDIR%\Samples\UpdateExit.vbs"</Exit>
    </Exits>

    Pour avoir ceci:

    <!– Exits –>
    <Exits>
      <Exit>cscript.exe "%INSTALLDIR%\Samples\UpdateExit.vbs"</Exit>
      <Exit>cscript.exe "C:\Scripts\UpdateExit.vbs"</Exit>
    </Exits>

    Ensuite, faites un changement pour générer à nouveau l’image WIM. Vous verrez sur la fenêtre de résumé que la commande WDSUTIL met à jour l’image de boot dans WDS. Si votre serveur WDS n’est pas sur le même serveur MDT, il faut modifier le script pour ajouter “/Server:WDSServerName” à la commande. (WDSUTIL doit être présent aussi sur le serveur. Installez RSAT WDS Tools si nécessaire).

    • 18/9/2010
  • Améliorer les performances de Windows 7

    Bien que Windows 7 soit déjà rapide et fiable avec une installation de base, avec ce tutoriel vous aurez les performances maximums de votre système.

    C’est parti !

    1. Paramètres du registre

    ooreg Voici un script de registre qui va permettre d’optimiser les performances systèmes et ajouter quelques extras.

    Vous avez simplement à télécharger le script, le décompresser et l’exécuter. Windows demandera la confirmation, accepter. Redémarrer ensuite votre système pour prendre en compte les changements.

    Voici une petite description de ce qui va changer:

    Configure windows pour automatiquement terminer un programme en cours qui est bloqué ou qui ne répond pas.
    Accélère la navigation et la réactivité dans Explorer
    Réduit le délai d’affichage dans les menus et vignettes
    Désactive l’UAC
    Réduit le temps d’arrêt de l’ordinateur
    Optimize la recherche Windows
    Désactive Aero Snap
    Augmente le nombre de téléchargements dans Internet Explorer
    Désactive le son du démarrage
    Améliore les performances NTFS
    Et beaucoups d’autres…

    2. Ajuster les paramètres visuels

    Aller sur Démarrer > clic droit sur Ordinateur > Propriétés > sur l’onglet Paramètres système avancés > Paramètres

    perf1

    Une fois que la fenêtre Options de performances s’affiche, il faut décocher les effets visuels non nécessaires. Vous pouvez laisser certaines options activées comme celles plus bas afin de conserver Aero. Télécharger le fichier visualeffects.reg

    Activer la composition du Bureau (si vous souhaitez utiliser Windows Aero thème)
    Activer la transparence (si vous voulez utiliser la transparence dans Windows)
    Afficher les miniatures au lieu d’icônes (si vous voulez afficher des vignettes dans l’explorateur)
    Afficher la fenêtre tout en faisant glisser le contenu (si vous voulez que les fenêtres affichent le contenu tout en les déplaçant)
    Lisser les polices écran (pour une police plus lisse)
    Utiliser des ombres pour le nom des icônes sur le bureau (si vous voulez avoir l’ombre sous les icônes de bureau)
    Utilisation des styles visuels sur des fenêtres et des boutons (si vous souhaitez utiliser Windows Aero ou le thème Basique)

    perf2

    mais pour simplifier le changement, j’ai créé un fichier de registre qui va faire le nécessaire. Télécharger le fichier visualeffects.reg.

    4. Personnaliser Explorer

    Aller sur Démarrer > Ordinateur > sur la barre de menu “Organiser” > Options de dossier et de recherche > aller sur l’onglet Affichage et désactiver les options suivantes:

    Afficher la légende des dossiers et des éléments du Bureau
    Afficher les dossiers et les fichiers NTFS chiffrés ou compressés en couleur
    Afficher les informations concernant la taille des fichiers dans les info-bulles du dossier
    Masquer les extentions des fichiers dont le type est connu

    perf3

    En plus pour Explorer, vous pouvez améliorer les performances de votre ordinateur avec ReadyBoost

    ReadyBoost peut accélérer les performances de votre ordinateur en utilisant l’espace de stockage sur la plupart des lecteurs flash USB et des cartes mémoire flash. Lorsque vous connectez un périphérique de stockage compatible ReadyBoost à votre ordinateur, la boîte de dialogue Lecture automatique vous permet d’utiliser ReadyBoost. Si vous sélectionnez cette option, vous pouvez choisir la quantité de mémoire sur le périphérique à utiliser à cette fin.

    Pour plus d’informations, voir Activer ou désactiver ReadyBoost pour un dispositif de stockage.

    3. Arrêter les services non nécessaires

    Aller sur Démarrer >dans la zone de recherche, tapez services.msc

    On peut régler le type de démarrage à MANUEL ou DÉSACTIVE. Si vous n’êtes pas sure, utiliser le type MANUEL en sorte que Windows puisse démarrer le service s’il en a besoin pour fonctionner ou pour une application. J’ai créé un script qui va s’occuper de configurer tous les services correctement. Téléchargez le script des services, décompressez puis exécutez-le.

    Voici une liste de services qui peuvent être réglé sur MANUEL en toute sécurité et DESACTIVE quand précisé :
    Acquisition d’image Windows (WIA) (Manuel, inutile si vous n’avez pas de webcam)
    Expérience d’application
    Hote de périphérique UPnP (à désactiver)
    Service de l’assistant Compatibilité des programmes (à désactiver)
    Client de suivi de lien distribué (à désactivé)
    Assistance IP (si vous n’utilisez pas IPV6)
    Fichiers hors connexion (à désactiver. Permet la synchronisation des fichiers, utilisé en entrerprise)
    Service Enumérateur d’appareil mobile (à désactiver si vous ne branchez pas votre téléphone au pc)
    Spouleur d’impression (si vous n’avez pas d’imprimante)
    Registre à distance (à désactiver pour des raisons de sécurité)
    Centre de sécurité (à désactiver)
    Service Panneau de saisie Tablet PC (désactiver si vous n’avez pas une tablette PC)
    Service Partage réseau du Lecteur Windows Media (à désactiver)
    Themes (Uniquement si vous utilisez le theme Windows Classique)
    Service de rapport d’erreurs Windows (à désactiver)
    Service de réception Windows Media Center (à désactiver)
    Windows Search (Si vous ne faites pas de recherches. Gardez le activer pour la recherche mail dans Outlook, c’est plus rapide.)

    perf4

    Désactiver ensuite les services non-microsoft.

    Aller sur Démarrer > tapez msconfig dans la zone de recherche puis Entrée, > aller sur l’onglet Services pour arrêter ceux qui ne valent pas la peine d’être lancés.

    perf14

    4. Améliorer les performances du disque dur (cache, SATA)

    Les performances du disque dur peuvent être améliorées en activant le cache d’écriture. Les données sont alors mises en mémoire, puis inscrites sur le disque dur.

    Aller sur Démarrer > tapez  Gestionnaire de périphériques > déployer Lecteurs de disque > clic-droit sur le disque dur, > sélectionner Propriétés

    perf9

    Dans l’onglet Stratégies, cocher Activer le cache en écriture sur le périphérique

    perf10

    Améliorer les performances pour les disques SATA (convertir de IDE à AHCI)

    Chaque disque dur dans un ordinateur récent est connecté au système par un contrôleur SATA. Pour une plus grande compatibilité, plusieurs PC sont configurés pour utiliser l’interface IDE dans le BIOS pour communiquer avec le disque SATA. Bien que cette configuration soit acceptable, l’IDE ne supporte pas les nouvelles technologies comme “NCQ”, “Hot-Plugging” (ajouter ou retirer des disques sans redémarrer). Intel a inventé un contrôleur connu sous le nom de AHCI (Advanced Host Controller Interface) qui supporte ces technologies avec les disques récents SATA. Si vous avez un disque qui supporte le NCQ, ça vaut sans doute le coup d’essayer pour voir si les performances sont au rendez-vous.

    Auparavant, cela n’était pas possible dans Windows. C’était des changements qui donnaient toujours des écrans bleus. Car l’IDE était détecté à l’installation de Windows. Donc il n’installait pas le driver AHCI.

    Maintenant, il y a une solution simple qui vous permettra de basculer de l’IDE à AHCI dans le BIOS et Windows pourra ensuite démarrer sans aucun problème. La clé de registre permet d’activer le driver AHCI dans Windows avant de faire le changement dans le BIOS.

    Pour la plupart des utilisateurs, ça fonctionnera: Aller sur Démarrer > tapez  regedit dans la zone de recherche

    Ouvrir Regedit et naviguer à la clé HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\msahci.

    Clic-droit sur “Start DWORD” et sélectionner Modifier
    image

    Mettre la valeur à 0 et cliquer Ok
    perf11

    Maintenant la clé Start devrait être à 0.
    perf12

    Redémarrer et activer le paramètre AHCI dans le Bios.

    Si vous utilisez un adapteur RAID ou une autre interface essayer les clés suivantes

    HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\iaStorV Ou HEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\iaStor.

    Faire les mêmes configurations

    5. Accélérer le chargement d’Internet Explorer

    Un long temps de chargement lorsque l'utilisateur démarre Internet Explorer est l'un des problèmes de performance les plus couramment observés avec Internet Explorer 8. La principale cause de ce problème est due aux modules complémentaires (google toolbar, yahoo toolbar...) qui ont été installés sur le PC. Ces programmes sont chargés à chaque démarrage de IE. Ces programmes sont complètement inutiles et à éviter absolument.

    Internet Explorer 8 inclut une fonctionnalité très pratique qui vous aidera à déterminer le temps de chargement de chaque module et aussi de désactiver les modules indésirables.

    Quand Internet Explorer est lancé, allez sur Outils puis Modules Complémentaires.

    perf5

    Remarquer la colonne “temps de chargement”. vous constatez le temps necessaire pour chaque modules.

    perf6

    6. Faire les mises à jour Windows

    Les mises à jour peuvent améliorer la sécurité et les performances de votre ordinateur.

    Aller sur Démarrer > tapez Windows Update > Installer les mises à jour

    perf7

    7. Utiliser les drivers les plus à jour

    Windows 7 inclut assez de drivers génériques pour que vous puissiez utiliser votre système après une installation. Mais ces drivers ne sont pas forcément les plus à jour. Ce sont juste des drivers approuvés fonctionnels pour Windows 7. Afin d’avoir les meilleures performances possible avec votre matériel, il faut souvent faire un tour sur le site constructeur de votre périphérique. Pour certains, ce n’est pas quelque chose de simple alors je vous propose le site http://www.ma-config.com/ il installe un activex sur la machine, détecte votre matériel et vous redirige sur la page de téléchargement du driver le plus à jour. C’est simple et facile.

    8. Installer seulement les logiciels nécessaires

    Assurez-vous d'installer uniquement les logiciels dont vous avez besoin. Si vous installez un logiciel d'essai et découvrez que vous n'avez pas vraiment besoin, désinstallez et supprimez-le immédiatement. Prenez l’habitude de ne pas faire systématiquement “Suivant” lorsque vous installez un logiciel, car parfois ils incluent des programmes malveillants, des toolbars (google, yahoo, asktoolbar…). Décochez les options que vous ne désirez pas, garder votre bureau propre.

    Si votre ordinateur est tout nouveau avec plein "d'ordures" et de logiciels d'essai. Ne vous pensez pas chanceux de les avoir! C'est purement marketing. Ils ne se préoccupent pas de savoir si ça va ralentir votre machine. En général vaut mieux un bon formatage, mais quand ce n'est pas possible PC Decrapifier peut aider à rendre le processus rapide et sans grande difficulté.

    Pour supprimer un antivirus, éviter de passer par “Désinstaller un programme” dans le panneau de configuration. Aller plutôt récupérer sur internet l’utilitaire de suppression. (Pour la recherche, c’est le nom de l’antivirus + removal tool. Exemple: norton removal tool) Car ils sont plus efficaces et retirent les dlls, fichiers, dossiers restants sur la machine.

    Ensuite après avoir sélectionné les bons logiciels, on doit surveiller les programmes qui se lancent au démarrage.

    Accélérer le temps de démarrage de Windows 7

    Aller sur Démarrer > tapez msconfig dans la zone de recherche puis Entrée, > aller sur l’onglet Démarrage et désactivez tout ce qui est inutile. (ce sont ces programmes qui ralentissent le démarrage de la machine). Voici un exemple de programmes à retirer du démarrage.

    perf8

    9. Supprimer les fichiers temporaires régulierement.

    Il est important de faire régulierement un petit nettoyage de sa machine (vider la corbeille, fichier temporaires, logs, fichiers récents, cookies..). Bien qu'il soit possible de le faire directement avec l’outil nettoyage de disque dans Windows, je vous propose d’utiliser CCleaner qui est beaucoup plus complet. Le logiciel va s’occuper de supprimer et nettoyer votre système en un clic. (Considéré comme le meilleur logiciel de nettoyage)

    perf13

    10. Liste de quelques logiciels à avoir

    Winrar (utilitaire de compression/décompression)
    Ccleaner (outil de nettoyage, prendre la version slim)
    RevoUninstaller Free(utilitaire de désinstallation logiciel)
    DoPdf (convertir vos documents en PDF)
    Firefox (navigateur web)
    Malwarebytes' Anti-Malware (anti malware)
    ImgBurn (l’utilitaire de gravure)
    Dropbox (synchroniser vos fichiers partout ou vous allez, iPhone, PC, Mac)
    Keepass (gestionnaire de mot de passe)
    Xmarks (synchroniser vos favoris sur chaque navigateurs)
    uTorrent (client bitorrent, p2p)

    Après avoir suivi tous les points mentionnés, vous constaterez une amélioration importante dans les performances de Windows 7.

    • 15/9/2010
  • IE 9 Beta est disponible

    La premiere béta de Internet Explorer 9 est disponible depuis le site http://www.beautyoftheweb.com/ 

    C’est le premier navigateur Microsoft à supporter le standard HTML 5 et l’accélération matérielle.

     Beauty-of-the-Web-Windows-Internet-Explorer

    Pour le téléchargement, voici les liens

    • 15/9/2010
  • Portail de formation au déploiement de Windows 7

    Microsoft vient de sortir un portail mondial concernant le déploiment Windows 7.

    Le portail propose une évaluation en ligne et un outil d'apprentissage, conçu pour aider les professionnels à identifier leurs points forts et leurs lacunes autour de sujets concernant le déploiement Windows 7. En fonction de ce que vous aurez répondu, le programme va vous proposez des sujets de formation basé sur vos points faibles afin d’acquérir un meilleur savoir faire.

    portail

    Tous les modules de cette formation ont été créés par l'équipe Technet qui a écrit l'examen de certification Windows 7.

    Une enregistrement autre que votre login live ID est nécessaire.

    Pour les francais, c’est ici :

    http://technet.microsoft.com/fr-fr/windows/ff470986.aspx?ITPID=sprblog

    • 10/9/2010
  • Capturer une image Windows 7 avec imagex

    Beaucoup de personnes m’ont demandé comment capturer une image Windows avec imagex.exe. Mais avant d’aller dans les détails techniques, il y a quelques points à savoir.

    Depuis Windows Vista, on a la possibilité de capturer l’image d’une machine et d’utiliser l’installeur de Windows pour déployer cette image. Effectivement ca facilite la vie dans beaucoup de cas.

    Si vous personnalisez votre image manuellement (sans l’aide d’outil MDT…), il faut ensuite s’assurer d’exécuter l’utilitaire Sysprep avant de faire la capture. Sysprep permet en autre d’enlever, le nom de la machine, le SID…Tout ce qui rend votre machine unique!

    Attention OEM! Si vous souhaitez capturer une image Windows 7 OEM (recu avec HP, Dell, Acer, etc). Sachez que cela est autorisé seulement sous certaines conditions. Je vous recommande de lire la documentation “Re-imaging Rights” sur le site Microsoft Volume Licensing. Ce qu’il faut retenir c’est que vous avez le droit de faire ce genre d’opération lorsque vous avez au minimum une clé VLK (volume license key) de la meme version que le Windows que vous capturez. Autrement vous etes dans l’illégalité.

    Ce guide va expliquer comment préparé votre image, faire le sysprep puis comment la déployer.

    Personnaliser votre Windows

    Installer Windows 7 sur une machine référence.

    Personnalisez l’image en y ajoutant les logiciels, les paramètres de sécurité, le menu, tout ce que vous souhaitez. Quand vous installerez Windows à partir de cette image, tous les paramètres ainsi que les comptes seront conservés.

    Evitez les antivirus. Seul Microsoft Secury Essentiel ne cause pas de problèmes.

    Effectuer Sysprep sur votre Windows de référence

    Lorsque vous avez fini de configurer votre système il faut lancer l’utilitaire Sysprep dans C:\windows\system32\sysprep

    image

    Sysprep va se lancer, pour réinitialiser Windows puis va arreter le systeme.

    Préparer une image Windows PE

    Si vous n’avez pas MDT, vous devez créer une image WinPE à mettre sur clé USB ou CD. (Tutoriel détaillé: créer une clé USB avec WinPE 3.0)
    Si vous avez MDT, vous pouvez utiliser votre image LiteTouch ou même créer une image de boot “Generic WinPE” dans les options du “Deployment Share”

    Sur une autre machine, télécharger et installer Windows Automated Installation Kit.
    1. Pour commencer, lancez l'invite de commandes "Deployment Tools command prompt" du dossier Microsoft Windows AIK dans le menu démarrer.
    2. À l’invite de commandes, exécutez le script Copype.cmd. Le script nécessite deux arguments : l’architecture matérielle (x86, amd64 ou ia64) et l’emplacement de destination. (il faut donc faire copype.cmd x86 c:\WinPE_x86 pour un systeme 32bit).
    copype.cmd amd64 c:\WinPE_x64

    3. Copiez l’image de base (winpe.wim) dans le dossier \WinPE_x64\ISO\sources et renommez le fichier en boot.wim.
    copy c:\WinPE_x64\winpe.wim c:\WinPE_x64\ISO\sources\boot.wim

    4. On monte l’image dans le répertoire Mount pour pouvoir ajouter l’outil imagex.
    Dism /Mount-Wim /WimFile:C:\WinPE_x64\ISO\sources\boot.wim /index:1 /MountDir:C:\WinPE_x64\mount

    5. Je vais maintenant copier imagex dans le dossier C:\WinPE_x64\mount\Windows\System32
    copy "C:\Program Files\Windows AIK\Tools\amd64\imagex.exe" c:\WinPE_x64\mount\Windows\System32\

    6. Maintenant pour valider et sauvegarder l’image avec les modifications apportées:
    Dism /unmount-Wim /MountDir:C:\WinPE_x64\mount /Commit

    7. Préparation de la clé. Avant de pouvoir placer Windows PE sur la clé USB, il faut la formater avec DiskPart.

    diskpart
    select disk 1
    clean
    create partition primary
    select partition 1
    active
    format quick fs=ntfs
    assign
    exit

    Maintenant copiez tout le contenu du répertoire \ISO sur la clé USB.
    xcopy C:\WinPE_x64\iso\*.* /e G:\

    Capturer l’image avec imagex

    Maintenant redémarrer votre Windows de référence sur la clé USB WinPE ( ou sur LiteTouch WinPE/Generic WinPE). Habituellement F8 ou ESC pour choisir sur quoi démarrer.

    image

    Une fois qu’on a démarré sur WinPE, on sera dans l’invite de Commande. tapez les commandes suivantes:

    1. Commencons par repérer la lettre systeme de la partition à capturer (souvent C pour la partition system reserverd, D pour windows)

    X:\WINDOWS\System32>diskpart
    DISKPART>Select disk 0
    DISKPART>List Volume

    image

    2. Capturer ensuite la partition Windows, x: correspond à l’endroit ou vous voulez sauvegarder l’image.

    X:\WINDOWS\System32>imagex /capture d:\ x:\custom.wim “Windows partition”

    image

    Si vous utilisez le boot LiteTouch de MDT, au démarrage de l’invite de commande il faut connecter un lecteur réseau au partage de distribution.

    X:\WINDOWS\System32>net use m: \\MDT01\MDTBuildProd$ (puis saisir le compte admin et mot de passe)
    X:\WINDOWS\System32>m:
    M:\CD tools\x64
    M:\Tools\x64>imagex /capture d: m:\captures\custom.wim “Windows partition”

    Déployer l’image de référence

    Pour restaurer votre image, soit on utilise:

    1. MDT, on importe l’image dans Deployment Workbench pour ensuite la déployer.

    2. On utilise à nouveau imagex, avec la commande imagex /apply m:\captures\custom.wim 1 c:\ /verify

    3. À partir d’une clé USB, ou on renomme l’image à install.wim et remplace simplement le fichier de base qui est dans le dossier “sources” dans les fichiers d’installation de Windows 7.

    image

    • 10/9/2010
  • Creer une image de boot WinPE 3.0 personnalisée

    Une image de boot pour un système d'exploitation est une image WinPE, et c'est aussi cette image qui est utilisée pendant le déploiement. En général, on utilise MDT ou SCCM pour créer l'image de boot x86 ou x64, puis soit on l'importe dans WDS, la met sur une clé USB, ou (de moins en moins) la mettre sur un CD/DVD

    Bon ! on connait déjà tout ceci, mais il arrive parfois de ne pas avoir un serveur à disposition ou être dans d'autres circonstances et là c'est utile de savoir comment créer une image WinPE manuellement. Alors voici les étapes.

    Le principal outil utilisé à la création de l'image est DISM. Donc on commence avec les prés requis.

    Pré requis:

    Télécharger Windows Automated Installation Kit (contiens l’outil dism)

    Outils supplémentaires (imagex, trace32…)

    GImageX : ImageX GUI : http://www.autoitscript.com/gimagex/
    Trace32 : Log viewer : Inclus dans ConfigMgr Toolkit v2

    Création d’un environnement (dossier) de travail

    Dans cette étape, on crée une structure de dossier qui va nous permettre de construire et personnaliser notre image Windows PE. Cette structure de dossier est nécessaire.

    1. Pour commencer, lancez l'invite de commandes "Deployment Tools command prompt" du dossier Microsoft Windows AIK dans le menu démarrer.

    2. À l’invite de commandes, exécutez le script Copype.cmd. Le script nécessite deux arguments : l’architecture matérielle (x86, amd64 ou ia64) et l’emplacement de destination.

    copype.cmd amd64 c:\WinPE_x64

    Le script crée la structure de dossiers suivante et y copie tous les fichiers nécessaires à cette architecture.

    \WinPE_x64
    \WinPE_x64\ISO
    \WinPE_x64\mount

    winpe1

    3. Copiez l’image de base (winpe.wim) dans le dossier \WinPE_x64\ISO\sources et renommez le fichier en boot.wim.

    copy c:\WinpE_x64\winpe.wim c:\WinPE_x64\ISO\sources\boot.wim

    À cette étape, on a déja tout ce qu’il nous faut comme fichier de boot. Il faut récuperer le contenu du dossier ISO et le mettre sur une clé USB ou autre.

    Mais je vais la personnaliser un peu. Je vais ajouter mes outils et il est aussi possible d’ajouter d’autres composants Microsofts.

    Monter l’image Windows PE pour ajouter les composants

    On commence par monter l’image dans le répertoire Mount pour pouvoir ajouter les outils.

    Dism /Mount-Wim /WimFile:C:\WinPE_x64\ISO\sources\boot.wim /index:1 /MountDir:C:\WinPE_x64\mount

    Une fois monté on obtient ceci (structure cohérente à Windows)

    winpe2

    Avant d’ajouter les outils, je configure les parametres du clavier.

    Dism /image:C:\WinPE_x64\mount /Set-InputLocale:fr-FR

    Dism /image:C:\WinPE_x64\mount /Set-UserLocale:fr-FR

    Je vais maintenant copier imagex, trace32 et gimagex dans le dossier C:\WinPE_x64\mount\Windows\System32

    copy "C:\Program Files\Windows AIK\Tools\amd64\imagex.exe" c:\WinPE_x64\mount\Windows\System32\

    copy "C:\Program Files (x86)\ConfigMgr 2007 Toolkit V2\Trace32.exe" c:\WinPE_x64\mount\Windows\System32\

    On pourrait les mettre à la racine sans même monter l’image, mais ainsi les outils sont directement dans l’environnement Windows lorsqu’on fait F8 lorsqu’on démarre sur notre image.

    Maintenant pour valider et sauvegarder notre image avec les modifications apportées:

    Dism /unmount-Wim /MountDir:C:\WinPE_x64\mount /Commit

    Si vous avez une erreur, tapez la commande dism /cleanup-wim puis recommencez.

    Pour maintenant créer un fichier .ISO, tapez la commande

    oscdimg -n -h -bc:\WinPE_x64\etfsboot.com c:\WinPE_x64\iso c:\WinPE_x64\WinPE_x64.iso

    Creer une clé USB Windows PE

    Avant de pouvoir placer Windows PE sur la clé USB, il faut la formater avec DiskPart.

    diskpart
    select disk 1
    clean
    create partition primary
    select partition 1
    active
    format quick fs=ntfs
    assign
    exit

    Maintenant copiez tout le contenu du répertoire \ISO sur la clé USB

    xcopy C:\WinPE_x64\iso\*.* /e G:\

    • 8/9/2010
  • Planifier un déploiement

    L'objectif principal de cette phase est de choisir une méthode de déploiement et un scénario approprié, en s'assurant d’avoir l'infrastructure nécessaire en place, de déterminer les paramètres de configuration et scripts, et d’avoir tout ce qu’il faut pour réussir.

    Cet article contient les points suivants:

    • Choisir le scénario de déploiement
    • Choisir sa méthode de déploiement
    • Comprendre les avantages avec WDS
    • Difference entre MDT 2010 et SCCM 2007
    • Avoir l’infrastructure en place
    • Tout ce qu’il faut pour réussir

    Choisir le scénario de déploiement

    Comme étant la première étape dans la planification, il faut sélectionner les scénarios de déploiement qui sont appropriés à l'environnement.

     Scénario

    Description

    Migration du profil

    Utiliser le même PC

    Système de fichier préservé

    Nouvel ordinateur

    Il s’agit du déploiement d’un nouvel ordinateur pour un nouvel employé. L’ordinateur est donc vierge et il n’y a aucun profil utilisateur à migrer.

    Non

    Non

    Non

    Mise à jour d’un ordinateur

    Il s’agit de migrer votre Windows XP ou Vista vers Windows 7. Il y a donc déjà un ou plusieurs profils utilisateurs à sauvegarder et à restaurer.

    Oui

    Oui

    Oui

    Réinstallation d’un ordinateur

    Il s’agit d’une réinstallation complète d’un poste. Les profils utilisateurs sont donc à sauvegarder puis à restaurer.

    Oui

    Oui

    Non

    Remplacement d’un ordinateur

    Ce scénario est utilisé lorsqu’un de vos utilisateurs doit changer de poste (panne matérielle, etc.). Les profils utilisateurs existants sont donc à sauvegarder puis à restaurer.

    Oui

    Non

    Non

    Choisir sa méthode de déploiement

    En fonction de l’infrastructure existante et du scénario, vous pouvez décider des outils et la méthode à utiliser pour le déploiement. Par exemple :

    a. Lors d'une réinstallation ou un remplacement d’un ordinateur, utiliser les scripts PowerShell pour faire une sauvegarde des données, utiliser WDS pour réinstaller Windows puis utiliser les scripts à nouveau pour restaurer les données.

    b.  Lorsque vous faite la mise à jour d’un grand nombre d'ordinateurs et que vous préservez les données utilisateurs, fait le pour et le contre entre MDT ou SCCM. Vous pouvez utiliser aussi une combinaison de méthodes LTI et ZTI pour déployer les systèmes d'exploitation sur les ordinateurs cibles. Car MDT et SCCM utilisent les mêmes scripts et fichiers de configurations (comme CustomSettings.ini). Cependant, il ya des cas où une méthode de déploiement pourrait être plus avantageuse. (Pour plus d'informations télécharger et installer MDT et lire le guide Preparing for LTI Tools.)

    Déploiement LTI. LTI nécessite une infrastructure simple avec MDT pour fonctionner. L’équipe en place peut déployer Windows à partir du réseau via un dossier de partage, ou localement à l'aide d’un stockage amovible (tel qu'un CD, DVD, clé USB). Vous pouvez lancer le processus de déploiement automatiquement ou manuellement avec WDS. Il faut auparavant configurer MDT à travers Deployment Workbench, et personnaliser votre fichier CustomSettings.ini en fonction de l’environnement.

    Déploiement ZTI. ZTI nécessite System Center Configuration Manager. Le déploiement se fait à partir d’un point de distribution. Le processus d'installation peut être initié par System Center Configuration Manager ou WDS mais ne demande aucune intervention physique. Comme pour un déploiement LTI, l'équipe en place configure initialement ZTI en utilisant Deployment Workbench, puis personnalise le fichier CustomSettings.ini pour leur environnement. Dans un déploiement ZTI, l'équipe doit fournir tous les paramètres de configuration pour chaque ordinateur cible. En conséquence, cela nécessite généralement plus d'efforts. Et il y a plus de pré requis avec SCCM.

    Comprendre les avantages de WDS

    Windows Deployment Services offre de nombreux avantages. Plus précisément, il y a:

    • Réduis la complexité des déploiements et les coûts associés à l'inefficacité des processus d'installation manuelle.
    • Vous permet de faire une installation réseau des principaux systèmes d'exploitation Windows.
    • Déploiement Windows pour les ordinateurs sans système d'exploitation.
    • Utilise les technologies standard d’installation Windows, y compris Windows PE, les fichiers .wim, et les images personnalisées.
    • Permet d’utiliser la technologie Multicast pour faire plusieurs déploiements simultanément.

    DiffÉrence entre MDT 2010 et SCCM 2007

    MDT 2010 permet de déployer à la fois le système d’exploitation et les applications à partir d’un partage réseau ou d’un serveur de déploiement Windows. C’est la solution idéale pour les petites et moyennes structures. Il sera ainsi possible d’automatiser entièrement (hormis la phase de démarrage de la migration de la machine : on utilisera pour cela soit un CD, une clé USB ou un boot réseau PXE).

    SCCM 2007 permet de déployer à la fois le système d’exploitation et les applications en s’appuyant sur les capacités de l’infrastructure de déploiement System Center Configuration Manager. Il sera ainsi possible de migrer un poste existant vers Windows 7 sans aucune intervention et de façon totalement transparente pour l’utilisateur.

    Avoir l’infrastructure en place

    Pour la plupart des environnements de production, la majorité des services requis pour le déploiement existe déjà. Toutefois, vous devez vérifier que tous les composants nécessaires sont en place avant de poursuivre le processus de déploiement. Avant d'installer WDS, vous devez examiner les conditions préalables pour installer Windows Deployment Services.

    Pré-requis pour l'installation de Windows Deployment Services

    Voici les exigences pour l'installation de ce rôle.
    Note: Le service WDS ne doit pas etre installer sur un serveur en cluster.

    • Active Directory Domain Services. Un serveur WDS doit être soit membre d’un domaine ou domaine contrôleur pour un domaine AD DS.
    • DHCP. Il faut avoir un serveur DHCP avec une étendue active sur le réseau à utiliser parce que WDS use l’environnement PXE, celui-ci qui se s’appuie sur le serveur DHCP.
    • DNS. Il faut avoir un serveur DNS opérationnel sur le même réseau du serveur WDS.
    • Volume NTFS: Le serveur NTFS nécessite un système de fichier NTFS pour stocker les images.
    • Permissions: Il est préférable de faire toutes les configurations avec un compte administrateur du domaine.

    Tout ce qu’il faut pour réussir

    Pour les déploiements complexes qui nécessitent MDT et ou SCCM, il faut s'assurer que tous les membres de l'équipe sont bien formés pour déployer, gérer, exploiter, dépanner, et soutenir le processus de déploiement et les migrations d’ordinateurs.

    Plus d’infos : http://technet.microsoft.com/en-us/solutionaccelerators/default.aspx

    • 5/9/2010
  • Utiliser WIM2VHD pour creer une image référence pour Hyper-V

    Vous est il déjà arrivé d’avoir besoin de crier une image référence VHD de Windows 7 ou Windows Server 2008 R2 dans l’urgence ?

    Maintenant, c’est chose possible avec WIM2VHD. Tout ce qu’il faut avoir:

    • WAIK ( on a seulement besoin d’Imagex, mais si WAIK est installé sur la machine c’est parfait)
    • WIM2HD, l’utilitaire magique
    • Les sources Windows 7 ou Windows Server 2008 R2 (il faut juste le fichier install.wim)

    WIM2VHD

    Windows Image to Virtual Hard Disk (WIM2VHD) est un utilitaire en ligne de commande qui permet de créer une image VHD avec sysprep de fait à partir des sources d’installation de Windows 7 ou Windows Server 2008 R2. Les images VHD crées avec WIM2VHD démarre directement en phase “Out Of Box Experience”, pret à etre personaliser. On peut automatiser la phase OOBE avec l’aide d’un fichier de réponse unattend.xml.

    La commande pour creer un fichier VHD est assez simple:

    cscript WIM2VHD.wsf /wim:D:\Windows7x64\install.wim /sku:1

    Ça va créer un VHD dynamique de 40GB (juste le temps d’une copie en fait). voici quelques autres commandes :

    Paramètres requis :

    /wim: chemin du fichier wim
    /sku: numero Sku ou nom Sku

    Paramètres optionnels :

    /vhd : nom et chemin pour du VHD à créer
    /size : taille (40960 MB par défaut)
    /disktype : type de disque Dynamic, Fixed ou FastFixed (FastFixed necessite VHDTOOL)
    /unattend: chemin du fichier unattended XML
    /qfe: une liste séparé par virgule des fichiers .MSU que vous désirez intégrer dans l’image
    /mergefolder : Les noms des dossiers que vous aimeriez avoir dans l’image.

    • 4/9/2010
  • Gérer les drivers dans MDT 2010, Partie 3 – Bien choisir sa méthode avec les fichiers INF

    Pour faire suite à la stratégie des drivers à adopter, il y a 2 types de drivers à prendre en compte lors du déploiement Windows. Il y a les drivers WinPE pour l’image de boot et ceux pour le système Windows qu’on déploie.

    Pour WinPE, c’est simple. Mais c’est plus complexe lorsqu’il s’agit du système d’exploitation. Alors j’écris juste mes recommandations en fonction de mon expérience et de ce que j’ai pu voir avec d’autres architectes en déploiement.

    Les drivers pour WinPE (Boot/LiteTouch)

    Dans MDT 2010, l’image de boot utilisé pour le déploiement est basée sur Windows PE 3.0 qui est en fait un sous ensemble de Windows 7. Pour l’image, il faut les drivers “NIC” et les drivers “Mass Storage” (sata,raid,controller intel…) au minimum, mais parfois il est nécessaire d’en ajouter d’autres au besoin (drivers souris pour les cartes ILO, RAC..). L’image de boot permet de se connecter au serveur de déploiement.

    Ce qui est bien dans WinPE 3 c’est qu’il supporte les mêmes composants que Windows 7 de base (installation fraiche de Windows 7 avec tous les périphériques reconnus). Alors dans certains cas il n’y a rien à ajouter. Aussi dans la configuration WinPE, il faut modifier l’option “scratchspace” pour augmenter l’espace temporaire de stockage qui est utilisé quand l’installeur injecte les drivers dans Windows.

    Pour une image de boot optimisée dans MDT 2010 je recommande les étapes suivantes:

    • Créer 2 dossiers dans la section “Out-Of-Box drivers”, les nommer WinPE x86 et WinPE x64
    • Importer les drivers x86 dans le dossier WinPE x86 et les drivers x64 dans le dossier WinPE x64. Noter que vous devez seulement utiliser les drivers Windows 7 pour l’image de boot même si vous prévoyez de déployer Windows XP avec MDT.
    • Créer 2 profils de sélections, un nommé WinPE x86 (ou vous choisissez le dossier WinPE x86 dans Out-Of-Box Drivers), et l’autre nommé WinPE x64 (ou vous choisissez le dossier WinPE x64 dans Out-Of-Box Drivers).
    • Configurer le dossier de distribution (Deployment Share) pour utiliser les profils de sélection. Dans l’onglet “Windows PE x86 Components” sur le champ “Driver Injection” sélectionner le profil WinPE x86. Faire la meme chose pour l’onglet “Windows PE x64 Components” avec le profil WinPE x64.
    • Toujours dans les propriétés du dossier de distribution, sur l’onglet Windows PE x86 Settings, mettre “Scratch Space size” à 128, faire la meme chose pour Windows PE x64 Settings.
    • Mettre à jour votre dossier de distribution.

    Surtout n’importez pas les drivers don’t vous n’avez pas besoin.
    Exemple: l’image WinPE 3.0 (avec WAIK 2.0) a déja le driver intelSATA (iastor.inf)

    winpe3

    Les drivers pour les systèmes Windows

    Pour les parties suivantes, il y a plusieurs méthodes. Mais à vous de déterminer celle qui correspond le mieux à votre besoin. En général, on se base sur la taille de l'entreprise, le nombre de systèmes d'exploitation à déployer, le niveau de contrôle souhaité et le nombre de modèles de machines dans votre parc informatique.

    Méthode 1 : Sans contrôle — Conditions : 1 système d’exploitation à déployer, 1 marque, quelques modèles de machines.

    C’est la méthode de base lorsqu’on commence avec Microsoft Deployment Toolkit. L’élément clé ici c’est qu'on déploie une seule famille de système d'exploitation et que le matériel est du même vendeur. La plupart des grandes marques font des tests de compatibilité entre leurs propres modèles par famille de systèmes d'exploitation, ainsi il est rare qu’un driver d’un modèle interfère avec un autre modèle.

    Il n’y a pas vraiment grand-chose à faire à part télécharger, extraire les drivers de chaque modèle dans un dossier puis les importer dans Deployment Workbench.

    methode1

    Méthode 2 : Profil de sélection – Conditions : Plusieurs systèmes d’exploitation, 1 marque, quelques modèles de machines

    Cette méthode est généralement utilisée dans les entreprises à taille moyenne. La différence majeure avec la méthode 1 est le déploiement de plusieurs systèmes d’exploitation. Comme dans ces deux méthodes la détection se fait par le PNP ID, on doit les filtrer pour que les drivers de Windows XP soient pris en compte pendant le déploiement de Windows XP et que les drivers pour Windows 7 soient pris en compte pendant le déploiement de Windows 7. C’est une fonctionnalité de MDT 2010 appelé “Selection Profiles” qui permet de faire le filtrage.

    Dans cette partie, je crée d’abord les dossiers nécessaires Windows XP x86 et Windows 7 x64 dans la section “Out-Of-Box Drivers”. Ensuite, j’importe les drivers et je lie un profil de sélection pour chaque système. La dernière étape est de configurer la section “Inject Drivers” dans la Task Sequence.

    methode2a

    Configurer la section “Inject Drivers” dans la Task Sequence.

    methode2b

    Méthode 3 : %Make% and %Model% – Condition : Plusieurs systèmes d’exploitation, plusieurs marques, quelques modèles de machines.

    Maintenant, la différence avec les méthodes précédentes est qu’il y a plusieurs marques de machines. Cela ne garantit pas non plus la compatibilité des drivers entre les marques. Je m’explique, 2 marques différentes de PC ont une la même carte graphique nvidia et pourtant ça ne garantit pas que le driver provenant du site de nvidia s’installe, car parfois les constructeurs modifient le driver en fonction dans leur machine.

    Donc non seulement il faut être en mesure de filtrer le système d’exploitation, mais aussi le type de machine. On pourrait utiliser comme dans la méthode 2 le profil de sélection, mais il n’a pas été conçu pour cela. En plus de la détection par PNP ID, on va utiliser la fonction “DriverGroup” permet de faire un filtrage plus avancé.

    Pendant la phase de déploiement MDT utilise des requêtes WMI pour récupérer la marque et le modèle de la machine et seulement les drivers correspondants seront installés. On doit récupérer le nom exact du modèle pour faire la structure des dossiers.

    Dans cette partie, je crée d’abord les dossiers nécessaires Windows XP x86 et Windows 7 x64 dans la section “Out-Of-Box Drivers” puis les sous-dossiers pour chaque modèle. Ensuite, j’importe les drivers de chaque modèle dans son dossier respectif et par système d’exploitation. dans Deployment Workbench.

    methode3a

    Ajouter une étape “Set Task Sequence Variable” avec DriverGroup001 et sur Windows 7 x64\%Model%

    methode3b

    Configurer “Inject Drivers” sur “Nothing” dans le champ “Selection Profile”

    methode3c

    Voila, vous savez tout maintenant!

    • 4/9/2010